Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques matinales

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #lycéees est parisien
photographie igor deperraz

photographie igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #vélo paris igor deperraz
photographies igor deperraz

photographies igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par deperraz igor
Publié dans : #estparisienlycéendanslarueparismacronsarko

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #est parisien lycéen dans la rue paris macron sarko

~~Lycéens dans la rue jusqu’aux confins de l’EST parisien

Les lycéens sont dans la rue ! Grande tradition française, passage initiatique d’une jeunesse qui n’en finit jamais d’accéder au statut de travailleur à part entière. Il n’y a pas une génération qui n’ait espéré passer les quelques mois de printemps à battre le pavé. Les raisons en sont connues depuis les années 68, on s’ennuie dans les bahuts ou du moins, on n’y trouve jamais les réponses à des questions existentielles et pratiques.

Avoir 20 ans dans un bahut français, c’est continué à vivre le rapport infantilisant propre au système éducatif français. Ce divorce entre le système éducatif et la jeunesse coûte cher à la jeunesse. Elle subit le chômage d’une façon très douloureuse. L’État français a toujours privilégié les belles lettres et fait du cérébral sa filière d’excellence.

Quid de l’excellence en menuiserie, cuisine ?…Le travail manuel est toujours considéré comme une voie de garage ou comme une filière sans prétention. Mobilisés, engagés contre un gouvernement qui n’a pas tenu ses promesses, les lycéens vont essayer de reprendre le flambeau de l’idéal soixante-huitard. Celui-là même qui a fondé les bases de notre constitution sociologique et sexologique.

Très minoritaires, ces jeunes font face à un recul net des libertés publiques pour des raisons associées aux attentats. Le déchaînement de violence ultra minoritaire surprend et peut s’expliquer par la tension permanente des personnels depuis l’État d’urgence. Si l’Est-parisien est au front comme Nanterre le fut en son temps, cette avant-garde d’un monde perdu doit faire face à l’émergence de l’esprit ultra libéral et du chacun pour soi.

Les jeunes n’ont jamais été une catégorie homogène, ils le sont d’autant moins aujourd’hui que la société du spectacle et les réseaux sociaux leur font miroiter un espace de liberté virtuel qui est en fait contrôlé par la dictature de l’immédiateté. Aujourd’hui dans la rue ! demain au meeting de Macron ou de Sarkozy ! Une jeunesse en trompe l’œil qui ne sait plus vraiment s’il y a une plage sous les pavés @

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #Ketevan Bruxelle attentat droit à l image Le Monde edition
photographie igor deperraz

photographie igor deperraz

~~Bruxelles et le photographe Kardave dans la société du spectacle.

Les mêmes maux et les mêmes mots qui tournent en rond sur des chaînes d’infos ou d’in- faux. L’horreur et son cortège d’amertume. Le terrorisme ne mérite pas toute cette propagande .La compassion et l’émotion sont les seuls moteurs de notre résistance à la barbarie. Ketevan Kardava a voulu saisir cette émotion au cœur même du chao.

Tout photographe fait ce qu’il a l’habitude de faire, à chaque clin d’œil de l’histoire : Il photographie. En diffusant et publiant la photographie d’une femme assise dans son plus total dénuement, les quotidiens n’ont pas respecté l’éthique de la charte du journalisme.

Un léger floutage aurait retiré un peu de spectacle, mais aurait certainement sauvegardé l’intégrité des victimes et ce ne sont pas les excuses du preneur d’images qui pourront excuser les quotidiens y compris le journal « Le Monde « dans son édition du mercredi 23 Mars .

Journaux populistes ou dénués aujourd’hui d’éthique ? Igor Deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #retraite prof age harcelement medecine du travail ergonompie de l education nationale
photographie igor deperraz

photographie igor deperraz

~~Discrimination liée à l’âge de départ en retraite tardive des instituteurs et des professeurs

Prolonger l’âge de départ à la retraite jusqu’à 65 ans n’est pas une mesure inutile. On peut et cela serait souhaitable pour la collectivité travailler au-delà de 55 et 60 ans si la santé, la profession le permet. Pour ce faire, il faut que la médecine du travail soit efficiente. Les postes au-delà de 50 ans doivent être aménagés pour que le salarié ne soit pas accablé de reproches et de discriminations liées à l’usure de son activité. Les instituteurs de la république avaient vu leur métier reconnu :« pénible » et leur âge de la retraite fixé à 55 ans. Cela se justifiait par le nombre d’heures en présence des élèves, le bruit, la jeunesse qui use comme chaque parent peut le comprendre aisément.

En niant d’un coup de baguette magique cette pénibilité, les politiques ont oublié que ces professionnels étaient en face d’enfants et que la bonne humeur et la santé étaient une condition sine qua non d’une relation pédagogique réussie. Face à cette montée des générations à qui l’on refuse de prendre ses quartiers d’hiver et à qui l’on a supprimé les départs progressifs à la retraite,la tentation est grande de profiter de cet allongement de 10 ans… pour humilier ,culpabiliser et renvoyer ces instituteurs en stage de 3 jours de formation ou rééducation chez des professeurs plus jeunes et plus dynamiques . Cette forme de harcèlement et de discrimination amène à la dépression pour les victimes et au silence de la personne mise en cause ? Pourquoi ? Cela relève du mythe du jeunisme. Les professeurs et les instituteurs de plus de 50 ans sont à partir de cet âge des personnes âgées qui veulent croire à leur jeunesse éternelle. Non que leurs capacités physiques en soi altérées visiblement, mais leur vieillissement prend le pas sur l’image des magazines.

Vue qui baisse drastiquement, articulation et hanche en souffrance pour tous ceux qui ont eu à porter de jeunes enfants et surtout une incapacité neurologique à comprendre en un tour de clef à molette les changements de programme. Qui voudrait s’avouer personne âgée ? Une personne qui a trempé sa plume dans un encrier et a connu l’arrivée de la télévision noir et blanc ? Tout le monde sait que l’éducation nationale ne prend pas en compte dans le travail les difficultés liées au vieillissement.

Devant la multiplication du harcèlement et la discrimination liée à l’âge, ces personnels devraient être accompagnés par une médecine du travail et bénéficier d’aménagement ergonomique de leur environnement. En outre les recycleries et le mépris devraient laisser place à une véritable formation spécifique des plus de cinquante ans.

Les effets de la politique ancienne de France Télécom a poussé des salariés au suicide, cet état pourrait dans les années à venir se produire dans l’Éducation nationale si les techniques de management et la discrimination liée à l’âge ne sont pas remises en question. Il faut choisir. Faire travailler plus ses salariés et les adapter à cette nouvelle organisation du travail et de la société ou leur laisser le choix de partir à 55 ans pour tous. IGOR DEPERRAZ

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #politique juppé poutou primaire à droite

~~Pour 2 euros, Votons Juppé ! Et pour du beurre, votons Poutou Il va falloir s’y faire ! Notre bon Président de la République française est sur le déclin. Non qu’il soit disqualifié en raison de son âge ou de ses malentendus avec une Gauche qui se rêvait de gauche et qui s’est réveillée à droite .

Non ! Marine Le Pen fera partie avec son Parti du lot de consolation au premier tour. Et là, il faut penser que le candidat de droite aura quelques petites longueurs d’avance sur l’Élu socialiste du jour. Il nous faut donc choisir le Candidat, L’Élu ! Celui d’entre nous qui devra affronter celle dont on ne dit plus le nom. Même si par Amour de la politique, il nous faut nous résoudre à voter Poutou , le candidat du NPA qui comme le beurre rentre partout et en ses circonstances ,la tartine débordera. Laissons au placard notre vanité et courrons nous inscrire pour la modique somme de deux euros au bal des faux semblants : La primaire à droite. Signons que « nous partageons les valeurs de la droite républicaine et du centre et nous nous engageons pour une alternance afin de réussir le redressement de la France ».

Même si la pilule bleue est amère, n’hésitons pas un seul instant à voter pour le seul, le vrai candidat de nos rêves les plus fous .Alain Juppé. Si avec Poutou nous avions le beurre, avec Juppé nous aurons la margarine. Camarade de la droite républicaine avec qui nous ne partageons que des valeurs boursières, Redressons, Redressons, Droit dans les bottes et dans le pantalon. Signons au bas du parchemin pour la belle mariée Juppé. Il sera toujours temps de voter Poutou pour qu’enfin Montaigne accompagne nos rêves Igor Deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Brosse à caca ,les fumiers du XVI arrondissement d'un chateau l'autre

~~ Brosse à caca ! Les « fumiers » du 16 arrondissement dans la basse fosse d’un château l’autre.

Brosse à caca ! Salope ! Le xvi arrondissement de Paris a fait dans son froc parce que la mairie de paris veut installer des hébergements décents en lisière du bois de Boulogne !

En raison du quartier chic, ses habitants n’auront pas, comme ailleurs d’horribles containers baptisés à la va-vite « habitat ». Ils auront loin de leur palier, des structures bois design et paysager. La proximité d’un regroupement de SDF peut évidemment interroger et la réunion publique était là pour soulever les problèmes et amener à des solutions partagées. C’est ce que l’on appelle communément dans le 16 l’aumône, la charité des dames patronnesses.

Pourtant, Ne nous y trompons pas non plus, les invectiveurs ne sont pas ces jeunes sans éducation, pratiquant une langue crue et vulgaire ! Non ! Certains de ses adeptes de la langue du balai de chiotte sont d’anciens » hauts » fonctionnaires et d’éminents médecins. Pourquoi donc cette révolution linguistique et cette haine sans retenue envers les autorités républicaines ? A Sivens, l’État n’avait pas hésité à balancer dans le noir des grenades offensives, on aurait aimé qu’il en fût ainsi, ce funeste soir où certains extrémistes de la Haute s’en sont pris à la politique de solidarité de la ville de Paris.

Où sont les gardes à vue arbitraires sous un État d’urgence, censé nous protéger des terroristes. Qui ce soir-là osait lancer contre une femme, uniquement pour sa qualité de femme. Salope ! .les gestes déplacés et la violence ont bel et bien donné le ton et la qualité de cette faune du bois. Nos amis du XVI veulent du mot cru, de l’anal et de la fiotte.

Vague souvenir de Pétain, Laval, Otto Abetz à Sigmaringen « vous les avez vus !cette chiasse ! tous la colique !...et l’autre là-haut !vous l’avez vu aussi (...) cette brute !buté mufle »L.F.D. On est dans du plus stylé cette fois-ci, normal, on est au cœur d’un château l’autre. Merci Maréchal ! D’avoir enfanté cette engeance au verbe haut qui fermentait depuis ce temps dans les basses fosses du bois de Boulogne .levez-vous encore que nous assistions à cette bagatelle pour un massacre. IGOR DEPERRAZ

Voir les commentaires

Publié le par deperraz igor

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz
Publié dans : #france inter macron slip et radio
photographie igor deperraz macron en Austin

photographie igor deperraz macron en Austin

~~De la pub sur France inter, Casse ton poste et change de slip !

La publicité va faire irruption sur les antennes de France inter. Une publicité commerciale et racoleuse qui pourra vendre des slips français après l’intervention de Daniel Morin sur la matinale. Le gouvernement répond à la demande de la direction de France-Inter qui souhaite obtenir 42 millions par an pour consolider un budget largement grevé par des investissements somptueux.

Plus on avance avec la Macronisation du gouvernement, plus on se demande si Nicolas Sarkosy n’était en fait le dernier Président de gauche. Presque tous les auditeurs du service public sont attachés à la sacralisation de l’antenne publique, non seulement pour eux, mais aussi pour leurs progénitures qui ne manqueront pas de réclamer les derniers corn flakes à la mode pour leur petit déjeuner.

Dé la publicité sur France inter, c’est une hache de guerre que l’on déterre entre l’auditeur et sa rédaction. Même limitée à 17 minutes par jour, mais fractionnée par tranche de quelques secondes, cette violation de l’intimité du domicile est une contrainte qui obligera le public du service public à faire la grève de sa radio préférée.

La presse papier a perdu ses lecteurs, la presse radiophonique suivra son chemin .Le Web est riche d’individualisation des programmes et il sera temps d’organiser la riposte en ouvrant avec peu de moyen un nouveau Carbone 14.

Que diable ont-ils voté François Hollande pour se retrouver avec une ministre de la culture, Audrey Asoulay prête à vendre les oreilles de la jeunesse à des publicitaires sans scrupules .Donc et Donc deux fois, publicité sur France Inter, tu coupes le poste et basta !!!!!!!!!! aurait dit Léo Ferré.

Igor Deperraz

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog