Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques matinales

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sondages probablement probables

 

 

 

 Les élections à venir ne seront-elles qu’une chambre d’enregistrement d’une réalité mathématique mesurée actuellement dans les sondages d’opinion. Il est de bon ton de nous rappeler l’épisode Balladur Chirac pour nous rassurer sur le sens même de notre libre choix et gommer les effets fondamentaux psycho- comportemental .L’homme est un animal social qui aime suivre la foule. Les sondages d’opinion ne donnent pas uniquement Monsieur François Hollande comme futur président, il relève l’adhésion pulsionnelle envers un chef qui rassure et pose le rejet fusionnel d’un homme qui inquiète. Les discours qui accompagnent cet état de fait ne sont plus écoutés. Qu’importe si le revenu vieillesse augmente de dix pour cent ou si le programme du quinquennat à venir donne la priorité à l’emploi public ou engage une réforme structurelle de l’impôt. L’homme qui conduira la Nation sera choisi sur sa capacité à fusionner avec une foule de plus en plus septique sur la capacité des candidats à décliner et respecter un programme électoral. Peut –on parler de dictature du sondage d’opinion ou d’un progrès considérable des probabilités ? Les outils mathématiques et sociologiques ont évolué et l’on peut aujourd’hui, avec une marge de manœuvre très faible, donner une tendance. Si les élections présidentielles étaient remplacées par un sondage, l’écart entre le vote à un moment T et le sondage serait négligeable. Si l’on peut aujourd’hui exclure un premier tour contestant la légitimité d’un de ses deux candidats, Monsieur François Hollande est élu Président de la République. Sommes-nous encore de grands enfants pour jouer au Jeu du Président et se complaire à croire les idées avancées dans un scénario écrit à l’avance par les français eux-mêmes.

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Harcèlement textuel, l’argent de l’Etat

 

Lorsqu’il a commencé sa carrière politique en 1977, René Dosière ne pensait pas devenir le journaliste d’investigation qu’il revendique aujourd’hui. En utilisant la procédure du « signalement » mise en place en 1995 par Philippe Seguin, il a su obtenir une clarification significative des dépenses de l’exécutif. Les chiffres obtenus donnent très vite le tournis et l’on perd vite pied si l’on oublie que l’on est au cœur de la plus haute institution démocratique française. En vrac, un Ministre lambda coûte 16.72 millions d’euros par an et dépense en transport aérien 363 522 euros. La Garden partie de l’Élysée coûtait 100 euros par convive avant d’être supprimée. On apprend aussi que « Quand Nicolas Sarkozy arrive à l’Elysée -le 16 mai 2007 il dispose donc d’un volume budgétaire de 12 146 430 euros. Cette somme se révèlera vite insuffisante, et, en fin d’année le président obtiendra un complément de 2.4 millions pour faire face à des dépenses qui grimpent allégrement, notamment en matière de personnel ». L’investigation et la mise en lumière de ce train de vie Royal tiennent en quelques mots : la vie de château. C’est ainsi que l’on apprend que seul le Général De Gaule avait son chéquier sur lui pour payer ses dépenses privées, et qu’une voiture précède le premier ministre parti en avion sur son trajet domicile travail. Dans son livre « l’Argent de l’Etat » le député apparenté au Parti socialiste énumère la procédure d’usure et de ténacité qui lui ont permis de ramener les dépenses publiques sur le chemin de la clarté. On est pourtant pris d’un doute lorsque l’on constate que son travail n’a servi en définitive qu’à rendre légal des pratiques politiquement condamnables. En effet, la clarification des dépenses de l’Elysée ou des ministres a donné une chance inespérée aux locataires des résidences boisées de l’Etat d’échapper au débat plus pertinent de la suppression pure et simple de cette manne financière. Il ne serait pas choquant que le Premier ministre et le Président de la République soient logé dans un simple appartement de fonction et disposent d’un simple budget de fonctionnement.

A l’heure du net, les conférences et voyages à l’étranger pourraient se cantonner à quelques visites annuelles votées globalement à l’Assemblée tout comme les déplacements sur le territoire qui pourraient s’effectuer en train.

François Hollande entendra t’il son collègue lorsqu’il prendra ses fonctions ? Sera t il le Président ordinaire qui fera de lui le Premier chef d’Etat exceptionnel de la 5 em république ?

Une question écrite que René Dosière a le temps de préparer pour nous convaincre de la nécessité de son travail d’enquête

 

Igor deperraz

reférence isbn 978 2 02 105018 9   19.50 euros Seuil  René Dosière Député de l'Aisne

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Halal, Casher au menu de la République.

 

 

A chaque fois qu’un fait de société touche les pratiques religieuses de nos concitoyens, l’invective et la stigmatisation s’interpose dans le débat démocratique. Les pratiques religieuses sont à respecter, elles ne peuvent pourtant être sacrées dans un Etat laïque. L’abattage rituel d’un animal n’a rien d’extraordinaire tant qu’il ne s’interpose pas avec un autre principe : Le respect des animaux d’élevage. Egorger une vache si l’animal est étourdi et ne souffre pas n’a rien de choquant comme il n’y a rien de choquant à manger Halal pour un laïque musulman ou chrétien. Le problème relève du mode opératoire et de sa nécessaire évolution. Cette pratique ancestrale doit se pratiquer avec une absence totale de souffrance. Il n’y a donc pas lieu de mettre en accusation cette pratique religieuse mais de rechercher les moyens consensuels d’arriver à cette double exigence : l’abattage rituel et le respect du droit des animaux .Les abattoirs peuvent trouver en la matière un mode opératoire transparent et indolore qui respectera les lois de la République et adaptera une pratique sacrée aux exigences d’aujourd’hui. Réfléchir et dénoncer la montée des populismes ne doit pas non plus se traduire en une absence totale de critique sur des faits religieux qui ont comme pour l’excision des limites et des devoirs envers la laïcité. Des pays européens ont interdit cette pratique sans qu’à ce jour les communautés se soient converties au végétarisme. Le débat doit rester ouvert mais ne peut être au menu d’une campagne électorale.

 

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre deux chaises, le vide.

 

 

Les directrices et directeurs d’école sont depuis plusieurs dizaines d’années en proie au doute. Ils jonglent avec leur situation d’entre-deux chaises. Ils sont les « ni, ni » de l’Education Nationale. Ni la paye, ni la reconnaissance due à leur fonction de gestionnaire administratif des écoles publiques.

Un manque à gagner qui fait qu’un professeur  remplaçant touche aujourd’hui plus que le représentant d’une équipe élargie  atteignant parfois  trente personnes.

Après avoir repoussé le statut des Maîtres-directeurs, aucune organisation sociale n’a trouvé de solutions législatives consensuelles à leur position administrative inconfortable.

Ce « statut » revendiqué effraie parce qu’il peut entraîner des conséquences financières sur le budget de l’Etat s’il n’est pas accompagné d’une redéfinition des compétences territoriales en ce qui concerne le financement des écoles.

La com-com ou le département sont les deux ordonnateurs possibles des établissements primaires. Une « concentration »qui entraînerait nécessairement un redéploiement des moyens et une meilleure répartition des deniers publics. L’exemple des collèges et des lycées est là pour donner un gage de bonne conduite en matière éducative à au moins une de ces deux institutions.

Regrouper les moyens et optimiser la ressource ne pourra trouver solution que dans le regroupement d’entité comprenant au moins cinq classes et correspondant aux cinq cours traditionnelles. Une redéfinition patrimoniale, remettant en cause les petites écoles rurales ravivera les éternelles querelles de clocher.

On le voit, Donner un statut au Directeur, c’est penser l’école autrement. C’est aussi penser idéologiquement l’école de demain.  

En ce qui concerne la compétence et la nomination des personnels, si l’on peut admettre la validité des acquis professionnels pour les directeurs en poste, on peut aussi espérer qu’un recrutement sur concours donnerait une garantie républicaine favorisant la mobilité administrative. 

En résumé, le statut des Directeurs d’école est au cœur d’une réflexion globale sur la place de l’école communale dans la décentralisation et plus généralement sur l’évolution de l’Education Nationale. Les politiques auront dans quelques mois ou années à trancher l’épineuse question de l’autogestion ou de l’autonomie des établissements primaires. Ces deux notions n’entraînant pas la même signification statutaire. Dans le premier cas, le Directeur est le partenaire choisi ou à rapport hiérarchique constant, dans le deuxième cas il en est le Patron. Deux notions antagonistes qui focalisent le débat sur le terrain des options politiques et qui ont à ce jour figé l’évolution d’un statu quo de plus en plus mal vécu.

 

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ignorance civile.

 

 

1000 euros pour une gifle infligée à un adolescent, auteur d’une incivilité, par un Tribunal, c’est la somme que devra verser le Maire du village de Cousolre à sa victime. Un appel à la l’ignorance civile pourrait faire tache d’huile si cette décision ne trouve pas une réponse législative pour éviter que le premier magistrat d’une commune soit à la merci des aléas de la politique pénale. Dépositaire de l’autorité publique, Le Maire ne l’est-il pas aussi des finances publiques ?

 Si l’on faisait une comparaison avec l’Allemagne; elle nous serait défavorable. Les incivilités y sont plus rares .La police intervient peu dans la préservation de l’espace public .C’est l’Education citoyenne et le regard des autres (et non son goût) qui réprouvent et atténuent les atteintes aux biens.

 Une gifle est peut être une réponse injustifiable envers un jeune adolescent qui aurait certainement mérité un Education plus pointue. Mais peut-on pour autant faire porter le poids des manques éducatifs aux causes connues sur les fonctionnaires ou les personnes dépositaires de l’autorité publique sans lancer un vaste mouvement de boycotte de la civilité.

Si la « Société » condamne les élus qui s’investissent dans le bien commun, il n’y aura bientôt plus que des fonctionnaires de la politique. Détruisez, cassez, Franchissez les barrières interdites et lorsque ces interdits franchis conduisent à la noyade ou à l’électrocution, le représentant de la collectivité se voit inquiéter pour ne pas avoir rempli ses fonctions.

 L’Etat ne peut pas exiger de ces fidèles et dévoués serviteurs tout et son contraire. Une position à clarifier d’urgence si l’on veut continuer à vivre ensemble, loin des défiances diffuses et dispendieuse d’énergie. Une médiation aurait certainement été la meilleure réponse à cet imbroglio judiciaire. La disproportion est une notion qui n’a pas d’existence légale, elle devrait pourtant s’inviter plus souvent dans le débat judiciaire pour éviter une extrême judiciarisation de nos rapports sociaux.

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faucheur de rêves

 

 

Les faucheurs volontaires payent très chers devant les juridictions civiles leur arrogance et détermination à s’opposer aux céréales transgéniques .Dans ce combat inégal, les tribunaux sanctionnent plus certainement la méthode d’action que le préjudice subi .L’Etat veut éviter à tout prix une contamination à grande échelle de l’idée Faucheuse. Ce mode d’action pourrait essaimer dans d’autres domaines que l’agriculture et donner des outils alternatifs aux contestations sociales.

Si l’on balaye d’un trait de plume les faucheurs de mots contaminés par l’imposture des grandes entreprises possédant et contrôlant la ligne éditoriale d’un journal, on peut très bien envisager des faucheurs de grandes rémunérations ou des faucheurs de parachutes dorés. Les idées génétiquement modifiées ne manquent pas en ce début 21 siècle pour imposer leurs semences textuelles. Un collectif des faucheurs volontaires de mauvaises idées comme le bouclier fiscal regretté aujourd’hui par le premier ministre aurait certainement récolté de lourdes peines au Civil. De nombreux scandales de santé publique auraient été évités si nos faucheurs avaient officié dans les pharmacies, pour le médiator, les supermarchés, pour les déodorants et le lait pour bébé à l’aluminium .Condamner par la société devant les juridictions, le faucheur volontaire devrait plutôt recevoir une certification d’utilité publique…

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Xi Jinping tout simplement !

 

 

Nous connaissons tous le nom du Président des Etats-Unis et découvrons au fil des dépêches les noms de ses concurrents à l’élection présidentielle. Pourtant nous ignorons le nom du Président chinois et de son vice-président qui prendra en 2013 sa succession. XI Jinping fait la page 4 du Monde du mardi 14 février sans que sa visite officielle aux USA n’ait soulevé un grand engouement médiatique. L’homme le plus important du siècle à venir pourrait prendre un café à la terrasse du flore à Paris sans surprendre le moindre regard. La barrière de la langue fait elle obstacle à la peopolisation des personnalités chinoises ou refusons nous ostensiblement d’admettre cette vérité qui nous sourit ? Les européens devront  bientôt apprendre à prononcer et mémoriser les noms des futurs dirigeants et créateurs de nos sociétés s’ils ne veulent pas passer pour incultes ou ignorants .Cette Chine qui avance lentement et sûrement à travers les frontières envoie ses enfants dans toutes les universités occidentales  sous des prêtes noms pour maîtriser la culture de ses futurs marchés .Le Parti communiste chinois n’est plus que l’habillage d’une oligarchie capitaliste contrôlant méthodiquement les outils de production de la sphère industrielle .La force de la Chine réside dans cet aboutissement Machiavélique d’une fusion réussie entre Capitalisme et Socialisme .Le Pragmatisme politique chinois est devenu en quelques années l’idéologie la plus intrusive du monde industrialisée. Penser la chine d’aujourd’hui, c’est pensé la langue des représentations visuelles dans le champ politique .Lorsque Xi Jinping fera la Une des journaux et que les lecteurs suivront ses péripéties ,un grand pas dans la connaissance et la Vérité aura été franchi par les anciennes puissances coloniales.

 

 

Igor deperraz

Xi Jinping tout simplement !

 

 

Nous connaissons tous le nom du Président des Etats-Unis et découvrons au fil des dépêches les noms de ses concurrents à l’élection présidentielle. Pourtant nous ignorons le nom du Président chinois et de son vice-président qui prendra en 2013 sa succession. XI Jinping fait la page 4 du Monde du mardi 14 février sans que sa visite officielle aux USA n’ait soulevé un grand engouement médiatique. L’homme le plus important du siècle à venir pourrait prendre un café à la terrasse du flore à Paris sans surprendre le moindre regard. La barrière de la langue fait elle obstacle à la peopolisation des personnalités chinoises ou refusons nous ostensiblement d’admettre cette vérité qui nous sourit ? Les européens devront  bientôt apprendre à prononcer et mémoriser les noms des futurs dirigeants et créateurs de nos sociétés s’ils ne veulent pas passer pour incultes ou ignorants .Cette Chine qui avance lentement et sûrement à travers les frontières envoie ses enfants dans toutes les universités occidentales  sous des prêtes noms pour maîtriser la culture de ses futurs marchés .Le Parti communiste chinois n’est plus que l’habillage d’une oligarchie capitaliste contrôlant méthodiquement les outils de production de la sphère industrielle .La force de la Chine réside dans cet aboutissement Machiavélique d’une fusion réussie entre Capitalisme et Socialisme .Le Pragmatisme politique chinois est devenu en quelques années l’idéologie la plus intrusive du monde industrialisée. Penser la chine d’aujourd’hui, c’est pensé la langue des représentations visuelles dans le champ politique .Lorsque Xi Jinping fera la Une des journaux et que les lecteurs suivront ses péripéties ,un grand pas dans la connaissance et la Vérité aura été franchi par les anciennes puissances coloniales.

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

Fashion candidats ….

 

 

 

Tout dans la campagne présidentielle porte à penser que les candidats se sont donnés le mot pour faire de leur prestation un grand salon du Prêt-à-porter 2012-2017

Ils affichent presque tous le traditionnel costume-cravate, refusant d’ajuster la fonction présidentielle aux nouveaux créateurs . François Hollande a fait de sa ligne mannequin une victoire sur son passé gourmand .Jean Luc Mélenchon clame haut et fort qu’il veut pourfendre les agences de notation tout en gardant les habits des ministères .Eva Joly lance une grande marque de lunettes ,François Bayrou conforte le  style « rustique »et Nicolas Sarkozy présente sa candidature avec une veste noire de deuil  .La mode ne sera ni courte ,ni longue elle sera de dire « La Vérité » C’est la tendance de l’été 2012 .Pas un candidat qui n’ait voulu s’affranchir de ce concept flou .Après la mode du mensonge ,celle de la vérité ; en attendant le prochain quinquennat ou l’on revendiquera la rupture en promettant de dire  « des vérités ».Parce qu’ils vont tous dire  « la vérité » A quoi bon ,s’ils ne mentent pas en parler à plusieurs voix… Les autres critères pour départager nos candidats vont donc devoir se faire sur la couleur de leurs yeux ou sur leur capacité de séduction.

Si des entreprises de spectacle ont remplacé dans les meetings politiques les caméras des journalistes, c’est parce que le look a pris le pas sur l’expression, la réflexion.

Cette période électorale commence par une grande fashion président dévolue à l’art de plaire. Un prêt –porter du verbe qui manque un peu de dentelles et de frous-frous

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parti communiste ou productiviste ?

 

 

François Hollande aurait-il oublié le Parti communiste français ou le feint-il ? En voulant rassurer les milieux de la finance pour éviter une fuite des capitaux, le candidat socialiste a pris le risque d’enterrer un peu rapidement un allié historique. Sur le terrain, le Parti communiste n’a pas tiré sa révérence, il survit dans les organisations syndicales et dans le tissu associatif. C’est le seul Parti politique français qui dispose avec le front national d’une base solide qui ne rechigne pas à se mobiliser partout où le Parti lui demande. Pour les nouvelles générations qui n’ont pas connu les affres du marxisme -léniniste, le message porté avec éloquence par Jean Luc Mélenchon est compréhensible et intelligible .La Finance et l’Europe libérale met à mal les travailleurs des pays occidentaux .Dans une société globalisée en perte de son leadership colonial, l’évocation des « racines »d’une République imaginaire ne peut que rencontrer son public. Le succès de librairie du pamphlet de Stéphane Hessel renforce la position de repli sur soi qui caractérise cette fin de l’utopie des lumières. Etre communiste ou du front de gauche, c’est revivre l’idéal communiste français qui avait su sanctuariser le monde ouvrier. Le bleu de chauffe, les vacances en 404 dans les camping de RDA, l’humanité dimanche dans la poche et les chaînes de chez Renault qui tracent la voie aux luttes sociales .Pour ce peuple de gauche l’avenir se nourrit du passé. On oublie les théories de libération qui ont conduit les pays d’Amérique du Sud ou d’Afrique à nous marginaliser économiquement et politiquement. L’écologie politique est reléguée à la gauche caviar pour mieux défendre le productivisme. Le parti communiste continue à défendre un monde ouvrier de plus en plus fragilisé par les délocalisations .Par la défense des intérêts des grandes industries productivistes, il est l’allié inconscient du patronat français .Un « je t’aime moi non plus »qui s’exprime dans la volonté de garder des industries polluantes et dangereuses en ville comme dans l’exemple de Petroplus. Paradoxalement le Front de gauche ,Parti communiste fait plus pour la France industrielle que le Parti socialiste .Sa base est prête à garder coûte que coûte les acquis de la France coloniale au mépris de la nouvelle donne géopolitique. Ses militants auront  dans les 5 prochaines années les moyens d’infléchir considérablement les volonté socialistes de moderniser et vertiser  la France de demain .Le candidat Hollande a pris le risque de payer très cher sur le terrain social de demain son oubli d’aujourd’hui .

 

 

Igor Deperraz

Voir les commentaires

Publié le par igor deperraz

 

 

 

Ne tirez pas sur le pianiste

 

 

Le commentaire modéré par le « webmaster » est devenu au fil du développement du Net un incontournable de l’interactivité .Un hôtel ou un service ne peut plus construire sa présence sans son flot de réponses d’internautes anonymes. Un article de presse portant sur un sujet sensible ne manquera pas de soulever l’ire des habitués de la contestation ou les cris d’orfraie des ronchons chroniques. Le commentaire est devenu au fil du Web.2, le champ préféré des adeptes de l’indignation .Cette interactivité a même trouvé pour la Presse ses passionnés. Traqueur de fautes et d’erreurs, il ne lisent plus le fond mais survolent les textes pour en dénicher ce qu’ils pensent être des inexactitudes ou des textes à censurer. Qu’importe si le sens nécessite une approche plus approfondie et nuancée. La perception d’une erreur possible ou d’une controverse l’emporte sur le fond. Plantu ose évoquer le populisme de Jean Luc Mélanchon, on brandit les menaces .On évoque le délicat sujet d’Israël et comme une sentinelle qui sortirait du bois, c’est l’emportement .On pose le problème des retraites et c’est la révolution. Comment peut-on passer dans le Journal « Le Monde » ce type d’écrit ! », »Vérifiez vos sources ! », je n’achèterais plus le journal ! ! .Une opinion ou un angle d’attaque sur un sujet ne peut toujours prétendre connaître la longueur du pantalon de celui dont il parle .Les commentaires posent donc aux Rédacteurs en Chef des rubriques la question de l’opportunité des choix éditoriaux et plus généralement posent aux rédactions le problème du contrôle citoyen proche de la censure totalitaire .

Ceux qui ont apprécié le dessin de Plantu n’ont pas pris la peine d’écrire en masse leur compréhension. Lorsque l’on analyse les commentaires laissés par les habitués de cette interactivité, rare sont les propos qui prolongent l’article examiné .Chacun aujourd’hui a pu voir à la télé ou sur le net une réponse qu’il pense être sienne .Mais l’opinion des uns et des autres ne peut s’exprimer que par rapport à ses propres conceptions morales et philosophiques. Il est donc vain de vouloir « commenter » ce qui ne peut relever du commentaire car dans sa définition classique le commentaire est ce qui explique un autre texte. Le terme de commissaire politique serait plus approprié à cette nouvelle forme de censure .Sans commentaires, sans commentaire.

 

 

Igor deperraz

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog