Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

des voyageurs attaqué en plein Western parisien

Western en banlieue parisienne !

 

Si le Western est un genre qui nous vient des Etats unis, le banlieuetern français pourrait bientôt intéresser les scénaristes d’ Hollywood . Buffalo bill Cody en 1883 mit pour la première fois en scène l’attaque d’une diligence par des indiens en exploitant la « Concord «, cette diligence de légende qui fit la renommée du genre. L’attaque d’un train n’apparut qu’en 1903 dans le film de Porter « the great train robery ». les succès se sont ensuite enchainés jusqu’à « la horde sauvage » en 1969 .En 2013, le genre vient de se renouveler avec l’attaque d’un TGV près de Marseille et aujourd’hui à Paris sur le RER. Le scénario est bien construit. Des jeunes en vacances scolaires s’organisent dans le spleen des cités pour dévaliser les voyageurs en prenant en minimum de risque pénal .Des armes de 6 em catégorie, de la violence physique ,du bruit et l’impuissance des compagnies de transport à arrêter le phénomène . Malgré les rondes des brigades spécialisées, les trains sont comme dans les westerns soumis aux brutalités des indiens de banlieue .En refusant de mettre du personnel dans les bus et les trains la SNCF a fait des transports collectifs une attraction pour jeunes en mal de sensation. Cette délinquance ne va pas s’arrêter et comme pour les voitures brulées le soir du réveillon, il est à craindre que les bandes rivalisent pour faire leur buzz. L’échec de la politique de sécurité dans transports publics relève de la dépersonnalisation des rames ou des bus. L’automatisme a ses limites et il faudra bien un jour se poser la question de la présence humaine en gare et dans les wagons……

 

Igor

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article