Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Cot cot codec

photo IDmain3

Cot cot codec

Il est des députés qui ne s’embarrassent pas avec les conventions. Bravant le monde feutré de l’Assemblée nationale, certains d’entre eux n’ont pas hésité à faire les pitres. Bien éméchés, ils se sont pris à imiter le cri de la poule lors de l’intervention d’une députée écologiste lisant son texte au perchoir.

Du haut de leur poulailler, ces joyeux drilles se sont moqués gentiment, mais sûrement de la gent féminine. Ils auraient pu crier « A poil ! » ou pire encore… ils ne se sont contentés que de la mauvaise blague potache et de l’invective de cour de récré ! Cot cot codec est bien l’expression que l’on n’attendait plus dans le grand jeu des petites phrases à la mode parlementaire.

Le député breton qui faisait cette occasion honneur à la Bretagne en levant le coude à la buvette qui jouxte l’hémicycle a remis au goût du jour, une de ces locutions qui malheureusement a laissé sa place à d’autres bien plus crues et moins ancrées dans la ruralité.

On peut aujourd’hui regretter ce temps béni où l’on pouvait accompagner nos parlementaires dans le Saint des Saints : la buvette. Que de blagues fusaient en cet endroit réputé et bon marché ! Le temps des députés potaches et grands festoyeurs semble révolu. Gare à ces joyeux lurons qui mettent le brin dans les bancs de cette honorable réunion de notables.

Il y avait dans les excuses publiques du député breton quelque chose de pathétique et d’enfantin. En prime notre digne représentant de Bacchus s’est vu infliger une punition sous forme d’une retenue sur salaire… de là à ce que le Président de l’Assemblée nationale ferme la buvette, les vocations à la députation vont être en chute libre ! C’était la chute.

Igor Deperraz

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article