Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

vivement la shooteuse chez Prisunic

Stupéfiante salle de consommation de drogues

Les salles de consommation de drogues font discrètement et sûrement leur entrée sur le territoire français. On en compte aujourd’hui  90 dans le monde. L’argument avancé ne manque pas d’intérêt. Protéger tout à la fois les utilisateurs et les riverains.

 Ces lieux appropriés pour une consommation dédiée existent déjà : Les salles de consommation d’alcool sous licence IV, les bains douches, les sanisettes ou les abris bus .tous ces lieux sont à usage unique et répondent à un besoin spécifique. On peut donc comprendre que l’injection de substances toxiques par voie intraveineuse ait son lieu.

Pourtant lorsque l’on y regarde de plus près, on trouve une contradiction entre la répression pénale de la consommation et l’autorisation de sa pratique en certains lieux. Soit il est interdit de consommer, soit c’est permis sous condition.

En suivant ce raisonnement, on ne comprendrait pas que la Mairie de Paris n’ouvre pas prochainement pour protéger les riverains et les prostituées d’une salle réservée aux pratiques sexuelles. Que la Mairie de Marseille ouvre une salle pour s’entraîner à tirer à la Kalachnikov et que la Mairie d’Ajaccio ouvre un local pour pratiquer le plastiquage.

En ouvrant ces lieux ou en fermant les yeux, l’État, dans sa déclinaison municipale répond à l’urgence d’une situation, mais ne règle pas le problème politique de la dépénalisation de la consommation de stupéfiant.  C’est en cela que cette mesure portée par l’association Gaia-Paris est tout simplement stupéfiante.

Igor Deperraz

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article