Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

Lettre ouverte à Valérie Massoneau

 

Valérie Massoneau, j’ai comme beaucoup d’autres français souhaité  que votre compagnon me représente à la tète de L’Etat français. J’aurai préféré qu’il se prénomme Françoise, tant il y a urgence à porter une Femme à la Tête de notre pays pour faire évoluer les mentalités et participer au processus de parité défendu par François. Mais les primaires socialistes ont porté un homme…

Sans vous offenser, vous possédez de grandes qualités de journaliste, je n’ai pas voté pour vous voir à la tète de l’Etat. Les couloirs du palais de l’Elysée sont envahis de potiches, ne vous y ajouter pas. Les femmes de Présidents n’ont dans notre constitution, aucun statut et c’est ainsi que la République l’a souhaité. Je vous demande donc pour la cause du deuxième sexe et l’avenir de nos enfants de de ne pas apparaitre comme la femme du Président de la République mais comme Valérie Massoneau JOURNALISTE. Si vous arrêtiez de travailler pour servir la soupe à ses Messieurs, vous conforteriez l’inégalité persistante entre les hommes et les femmes. Si une femme était Président de la République, son compagnon s’arrêterait-il de travailler pour faire le mannequin dans des soirées mondaines ?

Vous devez continuer à travailler et sans état d’âme reprendre votre activité professionnelle, Prendre le RER, le vélo, prendre un caddie dans un supermarché. Parce qu’au delà de la Présidence normale que défend votre compagnon, nous espérons qu’avec votre soutien au plus au niveau,  les femmes aient une vie normale et égale aux hommes à tous les étages de la République.           Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dominique 15/06/2012 19:51

Bonsoir !
Ce texte, plutôt bien tourné, souffrait d'une orthographe sinon désastreuse, du moins très approximative (une petite dizaine de fautes, sans compter l'abus des majuscules et quelques lacunes dans
les concordances de temps ; de mon temps, avec 5 fautes ou plus, une dictée était sanctionnée d'un zéro).
Voici le même texte, déverminé :

Valérie Massoneau, j’ai comme beaucoup d’autres français souhaité que votre compagnon me représente à la tête de L’état français. J’aurais préféré qu’il se prénommât Françoise, tant il y a urgence
à porter une femme à la tête de notre pays pour faire évoluer les mentalités et participer au processus de parité défendu par François. Mais les primaires socialistes ont porté un homme…

Sans vous offenser, vous possédez de grandes qualités de journaliste, je n’ai pas voté pour vous voir à la tête de l’état. Les couloirs du palais de l’Elysée sont envahis de potiches, ne vous y
ajoutez pas. Les femmes de présidents n’ont dans notre constitution, aucun statut et c’est ainsi que la République l’a souhaité. Je vous demande donc pour la cause du deuxième sexe et l’avenir de
nos enfants de ne pas apparaître comme la femme du Président de la République mais comme Valérie Massoneau, JOURNALISTE. Si vous arrêtiez de travailler pour servir la soupe à ces messieurs, vous
conforteriez l’inégalité persistante entre les hommes et les femmes. Si une femme était Président de la République, son compagnon s’arrêterait-il de travailler pour faire le mannequin dans des
soirées mondaines ?

Vous devez continuer à travailler et, sans état d’âme, reprendre votre activité professionnelle, prendre le RER, le vélo, prendre un caddie dans un supermarché. Parce qu’au-delà de la présidence
normale que défend votre compagnon, nous espérons qu’avec votre soutien au plus haut niveau, les femmes auront une vie normale et égale aux hommes à tous les étages de la République. Igor Deperraz

igor deperraz 15/06/2012 22:13



j'aimerai etre au four et au moulin pour à la fois : trouver les idées, les écrire, les relire avec le recul necessaire, les mettre en ligne, et les poster. Merci pour cette correction
necessaire. Pour les majuscules, je connais la discussion sur leurs  usages abusifs, le temps était érroné! je m'en doutais mais et j'aime les "mais", le journal "Le Monde" emploie des
correcteurs qui ont le recul et le temps pour corriger...? Autant j'arrive dans une certaine mesure à corriger les fautes des autres, autant je peux passer et repasser devant les miennes sans les
voir. En écrivant une chronique par jour,le temps consacré à  la correction me prendrait le temps d'écrire  le jour suivant. Jacques Drillon a écrit un traité sur la ponctuation des
plus intéressant . Votre correction m'amène à aller dans votre sens. A aller trop aller vite, on ne prend pas le temps de respecter son lecteur...(le A majuscule devrait avoir un accent!) Cet
article a été lu à ce jour 3257 fois..sur mon site uniquement sans paraitre dans  le Journal de référence! Je tiens compte de vos remarques et j'espère un jour pouvoir disposer du temps
necessaire. Si l'on ajoute sur un Blog, laphoyographie,le traitement de l'image et sa publication ...


Merci à vous d'avoir fait ce tavail et pour le Zéro ,je préfère l'infini  igor deperraz(sans relecture)



le13ecossais 19/05/2012 12:31

Bonjour,
Votre analyse est pertinente mais Mdme TRIEWELER née MASSONEAU est devenue , de par sa position , une éventuelle cible pour une attaque terroriste . De ce fait elle ne peut plus avoir une liberté
de gestes comme tout un chacun . Et il va être nécessaire qu'elle l'accepte.

igor deperraz 19/05/2012 15:41



Je comprends votre position administrative mais comme vous devez le savoir mieux que moi,il y a, entre une menace terroriste et une menace liberticide une marge de maneuvre.Bien entendu, tout
doit etre mis en oeuvre pour assurer pleinement la sécurité de Madame Massoneau, entre parenthèse , les femmes gardent leur nom dit de jeune fille le deuxième nom étant un nom d'usage...Utiliser
le nom d'emprunt est un signe flagrant d'inégalité des sexes.En quoi utiliser son caddie dans une superette serait-t-il plus dangereux que de serrer des mains à des badauds sur les champs
Elysées.A vous de réorganiser votre plan de sécurité et d'innover pour assurer une protection sans faille des personnalités en milieu ouvert!