Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques matinales

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Publié le par igor deperraz

Parapente

Ils sont une poignée à attendre leur tour pour prendre leur envol en aplomb de cette belle vallée de l’Aveyron. Une poignée à regarder le ciel en attente d’un bon vent pour tirer sur la voile et former au dessus de leur tête un grand parachute prêt à affronter les courants ascendants. Andréas est arrivé de Berlin, il y a quelques heures lorsque en quelques secondes lui vient ce petit souffle magique qui heurte ses oreilles, il court dans la pente pour s’élever dans les airs. D’abord suspendu comme au bout d’un parachute, il ne tarde pas à s’installer confortablement sur le siège de la nacelle en toile. En 13 ans de parapente, il ne s’est jamais servi du parachute de secours qui équipe le gros sac embarqué.

Aujourd’hui ; Le vent est docile, il ne fera pas descendre le pilote vers la vallée pour un grand « plouf ». Profitant de ce bon moment, Andréas repasse à 2 mètres de la plateforme d’envol pour saluer ces autres compagnons d’Éole. La radio portable émet régulièrement la vitesse du vent et quelques minutes après le départ du Berlinois, Robin aura moins de chance, la voile qui coûte près de 3000 euros se dresse puis retombe d’un coup dans les Genets. L’attente commence, des voiles posées les unes derrière les autres s’impatientent. Un appel de la vallée demande si quelqu’un à une voiture pour venir le chercher. La météo est capricieuse et il faudra attendre la venue d’un gros nuage pour retrouver les bonnes conditions d’envol.  Assez solitaire, le parapentiste peut à l’occasion embarquer un passager. Un double équipement et une voile plus grande pour un grand plouf.

Comme pour le surf, la communauté du vent fait de ce sport un mode de vie, une philosophie de l’éphémère qui trouve son aboutissement dans un rêve universel. Voler comme Icare. Le parapente sera-t-il demain le nouveau mode de transport écologique pour traverser les grandes villes … s’envoler d’une tour de la défense pour traverser Paris ou pour les moins aventuriers prendre un taxi parapente … A suivre avec le bon vent

 

 

Igor deperraz

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog