Avoir 20 ans sous l'occupation sanitaire

par igor deperraz  -  1 Mai 2020, 10:45

Avoir 20 ans sous l'occupation sanitaire

Se  dé- confiner ! Avoir 20 ans sous l’occupation sanitaire

 En ouvrant un vieux  carton, j’ai retrouvé ce petit moment fantasque de pure utopie ! Un programme électoral pour Ravir la Mairie de Dieppe ! Bastion communiste dont le parti était le  promoteur des centrales nucléaires, de la consommation de masse et  du développement des grandes surfaces .Certes, l’avenir leur a donné raison, Dieppe est devenu l’un des territoires les plus nucléarisé du monde avec Penly et Paluel  dans le rayon fatidique des 30 km.

Nous avions donc tort et pourtant cette utopie puérile que nous portions était plus durable ! Nous n’avons pas été pris au sérieux malgré le fait que  Joël Crémet soit un brillant économiste… (Embarqué dans cette aventure romanesque avec un certain doute quand à sa crédibilité) … Nous avions 20 ans et nous n’aurions certainement pas accepté, compris,  l’état d’exception d’aujourd’hui.  On  nous invite à  la plénitude et à la contemplation. Hélicoptères,  drones et  patrouilles qui nous veulent du bien. Répétons le encore restons enfermés chez nous !

Faudra- t- il être confiné lorsque le vieillissement des centrales menacera la santé ? Serons –nous  enfermés tant que les bureaux de tabac vendront des paquets de clopes  causant  plusieurs dizaines de milliers de morts par an et devrons-nous être embastillés  tant que des inconscients continueront à promouvoir la vitesse sur les routes au mépris de la santé publique.

Avoir 20 ans aujourd’hui, est ce craindre les bactéries, les virus, l’orage et la foudre qui tombe dans les lacs en emportant les malheureux qui plongent  tout nus pour profiter du spectacle !

A vingt ans, nous plongions dans des lacs, nous fumions pour certains des gros pétards (c’est vilain), nous voulions vivre, vivre et vivre !!!

 Depuis mes vingt ans, beaucoup sont morts du tabac, de la route, du suicide mais ils sont morts de leur choix simple d’ouvrir la fenêtre.

Aujourd’hui, des inquisiteurs de vie continuent à nous refuser de mourir dignement, préférant une longue agonie dans des endroits pleins de compassion.

Il y a un lien entre notre état carcéral de confinement et le  refus d’une mort assistée. En évoquant la possibilité de laisser sous cloche les plus de 65 ans jusqu’à plus soif, la pression sanitaire  s’est exprimée sous ses vrais atours. Vivre sous assistance médicale à tous prix.

Il faut traiter, isoler et se protéger par des mesures barrières mais pas à n’importe quel prix surtout si ce prix se fait sur le dos des jeunes et des plus démunis .La majorité de nos enfant ne seraient pas là aujourd’hui si nous avions attendu un vaccin pour le Sida !

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :