Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Aylan par Nilufer Denir

Une photographie peut-elle changer la face du monde et de l’Allemagne?

Dormeur du val sur une plage Turc ,le petit Aylan Kurdi pensait il qu’il ferait le tour du monde en fuyant avec ses parents la guerre .La photographe qui était présente sur la plage ce jour là a fait son métier . Nilufer Denir a cadré la scène macabre sous l’émotion. Comment et pourquoi une photo s’est emparée si vite de l’opinion publique sans que nous nous interrogions sur son sens.

Le journal « Le Monde « en a fait la Une avec la même photo publicitaire en sa page 5 pour une grande marque de luxe .Une erreur de la Rédaction qui démontre que l’image peut dire tout et son contraire .L’enfant gît sur le sable comme dans une photo de calendrier où l’on attendrait qu’il ait avec lui une pelle et un seau . Il est habillé et semble prendre le la pose, au loin la plage semble couverte de déchets éparses. Le message est clair, allons-nous continuer à ne pas donner à ses réfugiés le statut d’être humain ?

L’émotion est grande, insoutenable .On pourrait croire qu’il y a dessous une théorie du complot orchestrée par la France et l’Allemagne qui veulent obtenir une répartition équitable et humanisme de nos frères de sang. Il n’en est rien, le petit Aylan a perdu sa mère et son frère et son père a survécu pour témoigner.

Pourquoi prendrait-on conscience de ce drame humanitaire alors que nous tournons le dos depuis des décennies aux sorts des populations du Sud pour préserver nos grands groupes industriels et pour ne pas fâcher nos grands amis d’Arabie saoudite qui sont en partie responsables de la barbarie sanguinaire de Daech ?

L’Allemagne a trouvé dans ce conflit la réponse à son déficit démographique et cherche par intérêt à importer massivement ces Syriens de la première heure. Ces populations sont avant tout des gens cultivés et aisés qui peuvent débourser de cinq à 10 000 euros pour payer le voyage et les passeurs .Ils sont donc une main-d’œuvre qualifiée dont l’Allemagne a besoin. En acceptant 200 000 Syriens sur son territoire, l’Allemagne aura beau jeu de dire ensuite à ses voisins européens d’accueillir ceux qui viendront après.

Une autre ambiguïté tient dans le caractère chrétien ou laïque de ces réfugiés .Beaucoup sont prêt aujourd’hui à ouvrir leur porte alors qu’ils sont moins disposés à accueillir des Roms ou des albanais illettrés…

A qui profite donc cette photographie et pourquoi arrive-t-elle massivement à la Une de nos quotidiens européens ?

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CREMETZ Hugo 07/09/2015 00:02

Il y a beaucoup d'étrangeté dans la succession des évènements liés au conflit syrien. D'abord, un grand mystère entoure la naissance du monstre "Daesh". Ensuite, il est tout aussi mystérieux que les frappes de l'aviation la plus puissante au monde, celle qui avait écrasé un 6 semaines une armée irakienne de 500 000 homes, ne parviennent à aucun résultat après 14 mois de bombardements sur une force de 40 000 djihadistes excposée en plein désert ! On trouvera aussi suspacte la complaisance avec laquelle on laisse les islamistes se répendre partout sans aucun combat, terroriser, assassiner et torturer des peuples désarmés, vandaliser des musées et des sites archéologiques appartenant au patrimoine mondial de l'humanité, et exploiter librement les gisements pétroliers sous leur emprise. Et finalement, quoi de plus prévisible que l'exode massif des populations fuyant cette zone de guerre ? N'est-il pas insolite qu'on ait laissé les choses dégénérer ainsi ? N'y a t-il pas une stratégie derrière un tel cheminement ? A-t-on intentionnellement cherché à nous émouvoir pour justifier des opérations futures dont les enjeux seraient tout autres qu'humanitaires ?