Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques matinales

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Publié le par igor deperraz

Sacré Plenel !

Edwy Plenel vient de remporter une victoire personnelle, non contre l' ex-ministre du Budget, mais contre la presse française qui n’a cessé de le mettre au ban du journalisme d’investigation. Le cofondateur du site en ligne Mediapart impose l’indépendance de son journal payant à la barbe des grands quotidiens. Journaliste à Rouge, puis au Monde à partir de 1980 avant d’en être le directeur de 1996 à 2004, l’homme a un palmarès impressionnant : écoutes illégales de l’Élysée, irlandais de Vincennes et la très célèbre affaire du Rainbow Warrior.  Plenel est un canard enchaîné à lui tout seul, mais il s’est aussi souvent pris dans son égo.

Des critiques nourries sur la mise en cause de Dominique Baudis et son aventure de Panama ont pu entacher le croisé de l’information politique trash. Héritier de la pensée révolutionnaire des années 70, il pratique une sorte de lutte armée symbolique contre l’État. Ses mots, ses investigations sont les armes de ce tupamaros post-moderne. En créant un site en ligne payant, il a dérangé les certitudes des Rédactions parisiennes au point qu’aujourd’hui les commentaires ne lui rendent pas hommage pour la persévérance et la réussite journalistique de son enquête.

 Edwy Plenel sent le souffre et ce n’est pas pour avoir passé son enfance dans les caraïbes, mais parce qu’il rompt avec la trêve hivernale qui lie le milieu politique et la presse. Son caractère de cochon et son regard presque arrogant lorsqu’il explique sur un ton professoral ses opinions peuvent dérouter, il n’en reste pas moins un grand journaliste.  Il faut savoir reconnaître le grand professionnel qui se cache derrière une moustache à la Brassens. Chapeau bas Edwy !

Igor Deperraz

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog