Jehan Ango , prince des moeurs

par igor deperraz  -  4 Mars 2016, 19:12  -  #jean ango historia dieppe malaurie

photographie igor deperraz

photographie igor deperraz

~~, De Jehan Ango , cet illustre armateur dieppois qui fit sa fortune en armant une flotte de mercenaires ,il ne nous reste que peu de choses .La flotte anglaise réduit en cendre sa célèbre villa cosmopolite chargée de tous les trésors culturels d’Amérique . Elle dominait les quais du port et la vie intellectuelle de son temps.

De Verrazano à Fleury ou des frères Parmentier, la conquête de l’Amérique fut à portée de légende et de récit les plus subjectifs. Ses liens avec le roi François premier lui montèrent très vite à la tête et il s’endetta pour armer la flotte royale en 1544. Il fut certainement emprisonné en 1549, eu égard à la montée de la vindicte populaire auprès de laquelle, il ne put honorer ses dettes.

En perdant son Hôtel particulier et tous les trésors pillés en Amérique du Sud, l’armateur Dieppois engloutissait ou Angotissait la mémoire d’un des plus grands ports normands qui comptait à cette époque plus de 40 000 âmes dont une très grande majorité d’hommes de mer. Cette mémoire génocidaire d’un peuple d’Amérique du Sud fit rayonner la cour de François premier. De cette préciosité ou somptuosité, la royauté ne pouvait que s’en détacher et l’on peut même se demander si la destruction des 2725 maisons dieppoises en 1694 par la flotte anglo –néerlandaise ne fut pas la réponse à l’ambition du gouverneur de Dieppe ? Il reste que ce mécène navigateur donna son nom au lycée de la ville. Un établissement qui domine la mer comme un rêve fou de conquête du monde extérieur.

De par son architecture méditerranéenne ouverte à tous les vents, ce temple du baccalauréat deviendra dans les années 70 une école de pensée anarcho groucho marxisante. Une auberge espagnole de la contestation. Ango survivait en ces murs, faisant et défaisant ces flibustiers. De ces mirages cosmopolites où des marins sodomites subissent depuis 1529 le baptême de la ligne ,il reste un étrange lycée qui fit quelques années résonance avec l’esprit de son capitaine . «Le laisse pas plus courir par le monde !...Brûle ! Assomme ! Éparpille ses cendres ! Je m’en fous résolument ! Mais de grâce, à aucun prix, tu m’entends, ne me l’amène ! Dis que je suis à Singapour !à Colombo !aux Hespérides ! Que je refais des berges élastiques à l’Isthme de Suez et Panama » L.F.D.

Igor Deperraz

Lire l'excellentissime Guillaume Malaurie dans la revue Historia ...nouvelle formule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :