Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques matinales

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS",Action communiste .les informations dieppoises le réveil L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité. festival off Avignon. (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris-Sorbonne. jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Publié le par igor deperraz

Isâf et Nâ’ilah

Si la méthode de Muhammad était de réciter de sa voix douce quelques versets du Qur’an , puis de les commenter ,il n’en était pas de même avec l’homme qui m’interpella pour me rappeler que je devais me rendre dans ma chambre pour y télécharger mon programme de suivi personnalisé .Ne cherchant pas à heurter les autorités locales ,je m’exécutais et me rendit immédiatement dans la pension du centre de Bagdad .La chambre que j’avais réservée. Elle était conforme à la publicité. Plus besoin de clef depuis longtemps… La puce avait buggé quelques secondes, mais ce n’était rien .La langue arabe et la traduction automatique n’était toujours pas maîtrisée.

Je n’étais pas impatient de découvrir ce que la femme au voile suggestif m’avait donné dans le train. Je me décidais pour le principe à consulter la carte mémoire sur mes lunettes interactives.Il y avait deux statues .Une de femme, une d’homme, Isàf et Nâ’ilah. Deux amants jurhumites changés en statue pour avoir fait l’amour à l’intérieur du temple. Je devrais donc me contenter de ce message .Il y avait certainement une dimension cachée, mais pour l’instant, l’heure était à la satisfaction d’un désir moins torride : le couscous.

L’État islamique en avait fait le seul plat autorisé .Une solution comme une autre pour développer la culture du blé dans les zones arides .La désalinisation de l’eau de mer rendait les choses possibles et la semoule fine de blé dur avait encore de beaux jours devant elle.

Le petit restaurant de quartier était tranquille. Dans cette atmosphère où se côtoyait des hommes, on n’entendait que la douce mélodie des versets récités .J’aimais cette quiétude. Un contraste flagrant et presque arrogant avec le bruit et l’ultra technicité de nos sociétés des lumières. J’eu rapidement l’impression d’être suivi du regard par un petit homme qui portait haut la moustache sur une petite barbe grise ;;; à suivre

Igor Deperraz

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog