La liberté pédagogique et le Front National

par igor deperraz  -  15 Décembre 2015, 20:54

La liberté pédagogique jusqu’à où et jusqu’à quand ?

Les professeurs ont depuis la loi Fillon un article de loi pour eux : Le L912-1-1 « la liberté pédagogique s’exerce dans le respect des programmes et des instructions des ministres chargés de l’Éducation nationale et dans le cadre du projet d’école et sous le contrôle des membres des corps d’Inspection «.

Une liberté tout à l’honneur de la République qui a longtemps accueilli l’école communale sous les frontons des mairies .Un professeur libre pour transmettre les valeurs universelles de la France que l’on résume par Liberté égalité fraternité.

Il n’y aurait pas d’enfants des lumières sans professeurs éclairés. Cette liberté s’exerce dans un cadre réglementaire. L’adjectif qui qualifie le mot -concept liberté lui est donc intrinsèquement soumis.

Cette loi qui devrait porter la phrase de Jaurès « on n’enseigne pas ce que l’on sait, mais ce que l’on est »est fragile .De nombreux contradicteurs invoquent le principe d’efficacité et de résultat pour battre le fer et contraindre les professionnels de l’Éducation à recevoir des leçons de pédagogie pour solde de tout compte.

La République se fonde aussi sur la fraternité .l’universalité de la fraternité oblige à ce total respect de choix éthique et philosophique qui se résume par le simple mot de laïcité.

En ces temps fragiles, où le populisme et la vulgarité tente de s’immiscer dans l’intime conviction du Maître, il est important de réaffirmer qu’il n’y a pas d’homme libre sans éducation libre .Tous les régimes totalitaires ont embrigadé la jeunesse comme Daech le fait sous les casquettes des plus fragiles.

La liberté pédagogique ne doit pas être qu’un mot au fronton des bonnes intentions, mais une réalité conceptuelle qu’il est important de défendre pour donner aux jeunes générations le Goût et l’odeur d’une France plurielle et multiconfessionnelle .Une France qui pense les Droits de l’Homme.

Francois Fillon exposait son concept devant le Sénat « Si nous avons voulu inscrire la liberté pédagogique dans la loi, c'est pour éviter certaines pressions auxquelles les enseignants sont soumis pour qu'ils suivent les méthodes pédagogiques de telle ou telle école de pensée. Les enseignants qui veulent évoluer ou utiliser d'anciennes méthodes se font sanctionner par les inspections, même s'ils obtiennent d'excellents résultats. L'enseignant doit être maître de sa classe et le travail de l'inspection doit vérifier que la méthode pédagogique, quelle qu'elle soit, est efficace".

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :