Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

Bourse des savoirs

 

 

Avec le débat actuel sur l’évaluation des enseignants, nous entrons dans l’ère de l’économie scolaire ou pour être plus explicite dans la recherche du prix d’un professeur. Les enseignants et les autres fonctionnaires auraient comme pour le marché des actions, un cours, une cotation, qui refléterait leur valeur. Ce prix au sens économique serait donc une confrontation entre l’offre et la demande .Le professeur offrant ses compétences ,les élèves acceptant pour un prix fixé par ce marché son offre en acquérant la marchandise savoir. Plus ce professeur verrait sa cote en hausse plus ses élèves progresseraient !

En inscrivant la fonction de Maître ou professeur dans la logique du Marché, l’Etat substituerait le Service public d’éducation par un marché boursier des savoirs.

Si personne ne doute du bien être moral et financier des bons fonctionnaires, que deviendra la masse des mauvais, ceux qui n’accéderont ni aux primes ni aux gratifications ?

Un bon professeur dans les années 70 se devait de faire de la pédagogie ouverte et on appréciait que sa grande barbe fleurisse les lignes des projets découvertes. Depuis l’avènement du tout informatique, le cezame d’une bonne évaluation réside dans la maîtrise des nouvelles technologies. La mode est le principal indicateur d’une bonne cote

A quoi cela sert il de chercher une valeur chiffrée dans une personne ?.

Un professeur transmet des savoirs, arrive à l’heure et se comporte en républicain.

Evalue t’on les médecins ou les plombiers ? Non, on en a besoin tout simplement .Ce qui n’empêche pas chacun de se faire une opinion subjective sur la personne.

Les élèves ne s’y trompent pas, ils tirent profit de chaque personnalité.

 En voulant faire de l’évaluation des enseignants une pompe à avancement ou à argent, le risque est grand de voir le travail gratuit ou altruiste réalisé par ce corps se raréfier.

 A ce jeu les parents d’élèves devront bientôt payer à l’heure les rendez vous et les professeurs devront remplir des notes de frais à chaque fois qu’il achètent des livres ou des journaux .Un monde ou la valeur argent remplace la valeur tout court n’offre guère de perspectives fraternelles à nos enfants .Une logique tout simplement libéralisside dangereuse et coûteuse à long terme.

 

Igor deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article