Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Restauration en Kit

Même chez Ikea, les boulettes servies en guise de mise en course étaient frelatées avec de la viande de cheval ! Nous venions de partout pour savourer ses boulettes de viande de bœuf sans nous douter que le cuisinier avait fait plusieurs fois le tour de la terre pour réaliser son assemblage.

La difficulté pour les consommateurs français, au-delà du manque de qualité des plats résident dans l’impossibilité en droit français d’engager une procédure collective pour tromperie. Car dans ce dossier, ce n’est pas tant le fait d’avoir mangé quelques fibres d’un cheval fatigué que d’avoir été trompé sur la marchandise qui pose problème. Cette grande chaîne d’ameublement est aussi une des plus grandes chaînes de restauration européennes. Si l’on se pose des questions aujourd’hui sur ses boulettes, pourquoi demain ne nous poserions pas aussi des questions sur ses meubles ? Quels produits cancérigènes résiduels restent actifs ?

D’où vient le bois de ses productions. La traçabilité devient aujourd’hui l’enjeu majeur auquel doivent répondre les grands groupes industriels. La facilité avec l’analyse ADN de débusquer de la viande de cheval a permis de tracer le « minerai » dans la chaîne alimentaire, il devrait en être de même pour tous les produits vendus par les groupes industriels. L’obligation d’analyser les produits finis et d’en publier les résultats serait un frein à la dépersonnalisation des productions. Après le meuble en Kit, la restauration en Kit semble avoir pris de grande part de marché sans qu’aucune réglementation n’intervienne pour séparer le bon grain de l’ivraie.

Igor deperraz

Commenter cet article