Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Under control

S’il est un domaine où l’Allemagne a pris de l’avance en matière de maîtrise de la consommation d’énergie, c’est dans l’individualisation et la tarification de la consommation d’eau, de chauffage collectif et de déchets. Les radiateurs de beaucoup d’immeubles collectifs sont en effet munis d’un capteur de température qui est  relevé chaque année et facturé à ses usagers. Les poubelles cadenassées pour l’occasion sont pesées et facturées. Rien n’est laissé à la dépense collective et à la déresponsabilisation. En contrepartie, rien non plus n’amortit la consommation de chauffage. On chauffe ce que l’on paye avec les inévitables distorsions quant à l’emplacement et à la perméabilité thermique des premiers ou derniers étages. C’est l’aboutissement du principe d’individualisation/ responsabilisation. Chacun est amené à constater les efforts qu’il fait pour maitriser sa consommation en lisant sa  facture. En niant toute répartition de la dépense d’eau, de chauffage, de déchets, on espère que les économies seront assez significatives pour absorber les coûts liés aux relevés individuels.

La France s’y met avec un peu de retard mais les copropriétaires  ne sont pas prêts  à implanter des boitiers espions dans les radiateurs des immeubles collectifs ! Pour des raisons de culture, le système de relevage actuel de boitier chauffage n’est pas à l’abri du piratage de l’installation. Tout comme la facturation des poubelles qui en France malheureusement se traduit dans les communes où l’expérience est pratiqué par la dépose des ordures sur le bord des routes ou dans les communes voisines. Toutes ces mesures ont besoin de l’adhésion massive des populations. Toute fraude entraine obligatoirement pour les autres usagers des surcoûts intenable .Tous les immeubles collectifs qui ont individualisé leur consommation d’eau ont vu leur consommation divisée par deux …On n’attend plus un an pour réparer la chasse d’eau qui fuit.

 Pourra t on pousser plus loin  l’usage du bien commun. On sait que le système d’écotaxe est prêt à faire payer aux usagers de la route le prix du kilomètre parcouru…Les possesseurs de vélo ou les usagers exclusifs des transports publics doivent- ils payer les routes pour les propriétaires de voitures individuelles ? On pourrait encore pousser plus loin cette tarification en établissant des péages à l’entrée des parcs pour enfants ,des trottoirs ou des pistes cyclables.

Ne rentre-t- on pas dans une société où tout se paye, y compris peut être  un jour l’accès aux plages et  aussi le temps passé à l’école ou aux urgences … Si l’individualisation des consommations d’eau et de chauffage permet d’améliorer les dépenses énergétique, il ne doit pas servir de modèle au renversement du collectif pour la généralisation de la société à péage. Un devenir d’individualisation à outrance  pour des enfants élevés trop souvent dans l’égocentrisme serait à court terme la fin du vivre ensemble.

 

Igor Deperraz  

Commenter cet article