Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Brûlons le pessimisme sur les bûchers de l’inquisition

L’avenir qui nous attend n’est plus fait de certitude. Peut-être, en a-t-il été ainsi depuis que le monde est monde. Nombreux sont ceux qui ont pu au cours de ces dernières années profiter des fruits de la croissance et espérer une fin de carrière professionnelle couronnée par une situation meilleure ou égale. Les inégalités croissantes, la redistribution des cartes dans la globalisation nous font déchanter.

 Il faut se résoudre à envisager de nettoyer les poubelles pour vivre ou survivre à l’étage « senior ». Des petits boulots d’étudiant au petit boulot de vieux, la nouvelle économie nous réserve bien des surprises. Une courbe de Gauss sur l’échelle de Calvin bien diabolique.

 Aucune vérité ne peut plus aujourd’hui être proclamée sans qu’elle ne suscite le déni et l’invective. Certains retraités du jour profitent de conditions remarquables qui ne se reproduiront bien sûr jamais .Espérance de vie cumulée avec de bonnes pensions, départ en retraite avant la soixantaine. Mais C’est fini !

Nous devons nous préparer à une belle fin et non à une belle retraite. Un débat que Luther aurait particulièrement apprécié. Réduire son train de vie, sa surface d’habitation et cultiver son jardin. Oublier l’emphase du verbe qui nous donnait l’illusion d’être autre chose que poussière et sortir sa chaise sur le devant de sa porte tout en rêvant la destination des passants du sans souci.

Oublier les envies de camping-car ou de club au soleil pour entrer dans la contemplation et la méditation.  Vivre pleinement et modestement sa vie. N’y avait-il pas dans les mots « Régime de retraite » Régime. Fuyons donc la Nostalgie de l’occident méprisant pour préparer le futur modeste de nos États nations. À chaque jour, une fin de vie nouvelle et un bol de riz pour tout émolument.

Igor deperraz

Commenter cet article