Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

soleil-dieppe-copie-1.jpgTous à poil …il fait beau chez Nicolas Sarkosy                                       photographie Igor  

On ne parle souvent de soleil et de plage  qu’à la rubrique  météo, pourtant ce phénomène mériterait d’être traité avec plus de sérieux. Une température de plus de 20 degrés en ce début Mars est exceptionnelle, mais ne doit pourtant  rien au réchauffement climatique, c’est un des aléas du climat.L’imprévisibilité statistique.

 Cet été indien ne sera pas sans influencer l’avenir politique du pays et les résultats des prochaines élections en seront inévitablement impactés .Les 35 heures par exemple  sont le sujet qui fâche l’Europe, n’oublions pas que les Allemands sont revenus au 40 heures...Ont trouvé leurs pleines et entières justifications dans la grande bronzette de cette semaine .Les plages sont bondées, les parcs saturés, les motards en vadrouilles …Tous s’accordent à penser que sans les 35 heures,  le soleil ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

Pour les affaires qui secouent le monde politique et les médias…Nicolas, Sarkosy peut compter sur l’insouciance des Français en période estivale …on s’en fout tant qu’il y a du soleil et des nanas …La conscience politique tient parfois de la simple philosophie du string. Cette overdose de soleil plonge le pays dans un rêve de vacances qui plaide inévitablement pour la société du loisir et de la farniente.

L’ouverture des magasins de bricolage le dimanche autorisé par décret ces derniers temps n’aurait pas vu le jour. Qui va se précipiter un dimanche pour faire du bricolage par ce temps ? La météo est une science politique que l’on a trop souvent laissée dans les rédactions à des animateurs de spectacle pour grands enfants. Cette flambée du soleil aura un effet bénéfique sur la croissance, la démographie et la finance.

Les gouvernements feraient mieux de s’inspirer des phénomènes météo pour orienter leur politique en lieu et place des sondages de plus en plus sulfureux. Tous à la plage, une réponse politique au livre décrié « tous à poil ».  Une façon très château de sable de faire de la politique en temps de crise ..Pourquoi pas ?

Igor Deperraz

Commenter cet article