Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Conte syrien

Si la Syrie m’était contée, je prendrais position pour une intervention massive de la communauté internationale, sans passer par la case départ onusienne.

Si la Syrie m’était comptée, je plaiderai pour une intervention unilatérale des États-Unis, maître du Monde et de la monnaie. Le Mali, la Lybie, la Syrie sont le résultat d’une politique postcoloniale dont nous sommes en grande partie responsables. Nous nous sommes comportés comme des comtes en territoires conquis.

 De ces trois homonymes, la première syllabe donne peut-être la réponse à cette question de politique étrangère. Un solde de tout compte pour nous délivrer de tous ces c…. Quelle différence au fond entre ce qui se passe en Syrie, dans les territoires occupés, en Égypte, au Mali pour ne pas faire qu’un rapide décompte de tous les régimes à qui nous avons vendu des armes et parfois reçus avec de grandes accolades ses dirigeants.

Un enfant mort par la faute d’une arme chimique, d’une mine anti personnelle ou d’un attentat en plein Jérusalem est un enfant qui ne verra plus jamais le sourire de ses parents. Il n’y a pas comme tend à le dire le gouvernement américain de ligne rouge sur l’utilisation d’armes chimiques. Il y a tout simplement une ligne rouge lorsque des populations civiles sont prises pour cible.

Igor Deperraz

Commenter cet article