Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Qui ?                                                                                               c'est dimanche

Qui parle à qui ? C’est la question que doivent se poser chaque jour les officiers chargés de traiter du dispositif de surveillance des communications de la DGSE. L’ »infrastructure de mutualisation » permet en effet  de dresser rapidement une arborescence des liens et ainsi de  cerner les groupes menaçant le territoire. Cet objectif louable  rentre dans les objectifs de sécurité nationale mais n’a pas à ce jour un cadre très  légal. Par définition, un service secret n’a pas non plus   pour vocation à agir dans la plus totale transparence ! On peut donc  douter que les cibles ne soient choisies que pour la menace qu’ils représentent pour la démocratie. Les communications interceptées ne sont peut être pas stockées chez Big Brother  mais une simple clef USB peut  servir de mémoire furtive à l’insu du cadre réglementaire .L’affaire Cahuzac est une nouvelle fois intéressante. L’enregistrement sur un répondeur d’une communication portant la voix du fraudeur a permis de confondre le contrevenant pour reprendre une phraséologie policière. Les majorités changent, les Directeurs des services partent en retraite …Cette surveillance insidieuse n’a pas d’effet immédiat sur le droit des personnes, elle est même aujourd’hui complètement indolore. En sera-t-elle de même si demain  un Parti nauséabond s’empare du pouvoir et ressort dans une pêche miraculeuse des enregistrements de plus de vingt ans ? Les terroristes utilisent des téléphones cryptés ou empruntent des identités !  L’intérêt d’une surveillance généralisée ne peut se justifier que par les économies de moyen qu’elle suppose. On pêche dans ses filets tous les poissons et en cas de problème, on sélectionne. Cette démarche comptable porte en elle une faute de démocratie qu’il serait urgent de porter sur la place publique .L’affaire Snowden n’est que l’iceberg de la dérive sécuritaire d’une course à la cookisation de nos échanges. Nous ne serons bientôt plus que des liens et non des sujets .Un débat qui nécessiterait une ligne dans la Constitution ?

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article