Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

igor.jpgSarkomanie et l’écoute aux portes

Nicolas Sarkozy revient, non  pas comme témoin de Jehova, mais comme témoin d’une époque où le mot affaires n’était pas compris dans son sens actuel. Il reprend la tête d’affiche en balayant d’un tour de main d’avocat ses principaux  concurrents. DSK et Cahusac …Les écoutes aux portes sont de retour et ce n’est pas sans poser de questions sur l’entourage de l’ancien président de la République, mais  aussi sur la protection légitime des avocats…

Pour les   Affaires, la justice joue son  rôle de veille, mais nous savons tous que d’ici là  tout finira par une amnistie générale ou un enlisement de première classe… Nicolas S. n’aura pas eu un comportement exemplaire, c’est ce que révèle ce doublon d’écoute légale et illégale. Ne sommes-nous pas responsable de ce délitement général des valeurs de la république …

Qui a vraiment protesté quand des journalistes ont été écoutés par la justice sans autre forme de procès que le regret. Qui a vraiment protesté après le « casse-toi pauvre c.. ». Notre perméabilité morale nous donne un Président à notre image et cette image est celle que révèlent ces écoutes. Dans ce cocktail d’affaires qui met aujourd’hui en scène le Parquet national financier qui ne vise pas moins que l’avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert et l’avocat Thierry Herzog pour une suspicion de trafic d’influence et violation du secret de l’instruction …les ingrédients sont connus ,le goût aussi ,pour le financement lycien et l ouverture d une information pour corruption par les juges Tournaire et Grouman, notre imagination n’y suffirait pas…

Nous avons accepté sans bronché que la France Afrique s’invite chez nous ,elle est aujourd’hui un modèle pour certains…L’extrême droite profite de ces petits arrangements supposés entre amis. C’est peut être là où se joue l’avenir d’un pays …sur son sens moral et l’art de l’accommoder avec ses représentants politiques  

Igor Deperraz

Commenter cet article