Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Pop’Valls

Cette année la pop’philosophie s’expatrie à Bruxelles avant de rejoindre ses pénates à Marseille. Venue de la posture contestataire de l’Université de Vincennes, de la grande époque ! Emmenée hier par Deleuze et Guattari avec leur anti Oedipe, elle a essaimée avec Alain Badiou et son analyse pop du film Matrix .

 

 Une philosophie pour tous mais pas de tous comme aurait aimé Diogène et Socrate. Dans cet art de la choucroute et de la maïeutique, on trouve des thèmes comme « Métaphysique de la putain » de Laurent de Sutter et d’autres thèmes largement explorés dans les cafés philos. « Peut on jouir de tout ? ». Ce renouveau de la philosophie aurait de quoi faire rentrer dans leur lycée les jeunes mais aussi de les faire jouir avec des mots et des concepts.

 

Une philosophie qui n’hésite pas à confronter Zaz et Jimmy Hendrix pour le plaisir des mots et des maux. On y trouve un savant mélange de cinéma et de gastronomie et on n’hésite plus comme aimait le faire Deleuze à tordre Leibnitz pour lui faire cracher ses plis. Platon en doudou de François Hollande ou Freund donnant une fessée déculottée à Mélenchon.

 C’est un peu tout ça cette pop’philosophie. Une manière sérieuse de dire des concepts sans se prendre la tête. Osez mettre Gainsbourg, la peinture contemporaine et la philosophie de boudoir dans un même pot. Pour plagier Bergson et énervez un peu plus les pontes de la rue d’Ulm, on pourrait réfléchir sur la rupture de la temporalité dans la musique Bulgare et l’intégration des roms dans la société classique. Hendrix cassait sa guitare sur scène pour exprimer des concept de liberté, Manuel Valls s’invitera-t -il pour le plaisir des mots à Marseille pour poursuivre sa  pop’reflexion

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article