Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Pascal Galinier et Dominique Buffier dans les coulisses du Monde.

Dominique Buffier et Pascal Galinier occupent deux bureaux contigus en haut de l’imposant bâtiment du journal « Le Monde ». C’est en ces lieux proches du pouvoir qu’arrive l’imposant courrier des lecteurs du Monde (plus de cinq cents lettres) et c’est là aussi que Pascal Galinier en tant que Médiateur tente de concilier une rédaction forte de plus de 300 journalistes avec les 2.2 millions de lecteurs réguliers du journal. Les deux hommes travaillent ensemble tout en gardant leur indépendance.

Pascal Galinier n’a pas fait d’école de journalisme, il est au Monde depuis 1996 et fut ingénieur automobile. Toujours attentif à ce que l’on raconte, il ne se laisse pas emporter par le lyrisme de son interlocuteur, les faits sont dans l’action et non dans l’emphase ou la fiction .C'est le compas du journal.

Dominique Buffier vient du Monde philatélique et sous des apparences joviales, aime la rigueur et le sérieux de l’analyse. Il ne supporte pas l’imprécision et l’erreur sur les noms propres .C’est l’équerre du journal. À eux deux, ils totalisent plus d’ une centaine d’années. S’ils ont vu se succéder les différents patrons, ils ont conservé leur indépendance. Domique Buffier  lit avec attention les courriers du jour, sa sélection est une alchimie qu’il maîtrise à merveille. Une sélection prenant en compte l’origine géographique de ses lecteurs, leurs qualités littéraires. Un bon carnet d’adresses d’habitués qui lui permet chaque jour de proposer, dans un espace qui fluctue avec les politiques éditoriales des lettres sur des sujets d’actualité. Il arrive aussi que le responsable d’édition lui renvoie un texte pour une imprécision ou pour un conflit avec la ligne éditoriale. C’est ce qu’il redoute le plus.

Pendant ce temps Pascal Galinier discute avec le directeur éditorial au sujet du papier qui enflamme une partie des lecteurs. Ce n’est pas facile de faire toutes les semaines un article pour réconcilier des clients et les journalistes. Un exercice de haut vol qui va plutôt bien à Pascal Galinier qui n’est pas homme a affiché des milliers d’amis sur les réseaux sociaux. Sur l’avenir du journal, les deux journalistes ont un avis divergeant. Pour le médiateur, la Presse papier doit se réformer et le numérique prendra l’avantage, Pascal Galinier a ainsi largement contribué au recrutement de jeunes journaliste en herbe (68) avec le Monde académie.

 Pour Dominique Buffier, la presse écrite n’a pas dit son dernier mot. Ils ont conscience d’être le lien entre l’intérêt du lecteur et la rédaction. Le responsable du courrier est devenu au fil du temps un chef de rubrique de « lecteurs » se « professionnalisant » chaque jour un peu plus. Il n’hésite pas à soulever la question du  statut particulier de cette forme d’écriture au sein des colonnes du journal. Le contributeur a un statut bien fragile puisqu’il n’a aucun droit .S’il froisse les susceptibilités, ses courriers seront tout simplement ignorés.

 Pascal Galinier repêchera peut-être le malheureux dans sa chronique. Il est 17 heures et il faut déjà penser au lendemain, l’actualité ne s’arrête jamais. S’il est une habitude de la Maison auquel pascal Galinier n’a jamais pu s’habituer, c’est de se lever tôt. Dominique Buffier se mangerait bien une petite pâtisserie, mais surtout ne lui dites pas qu’il est gourmand ,il s’insurgerait contre cette immixtion dans sa vie privée en vous écrivant un courrier d’une belle écriture gaullienne en cherchant de sa main gauche le timbre rare qui fait défaut à l’une des plus belles collections de Paris . Igor deperraz.

Commenter cet article