Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS", L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité.salons (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris jury Petits Molière Téléphone 0785473094

Oscar Dujardin

 

 

Une pluie d’oscar pour un muet

Une avalanche d’Oscars pour un film muet, c’est une consécration méritée pour l’industrie du film français qui trouve par cette opération marketing une nouvelle occasion d’exporter son savoir faire. Michel Hazanavinicius a remarquablement conduit son projet marketing de main de Maitre, sillonnant avec condescendance le territoire américain pour porter la bonne parole sans paroles. Reprenant les clichés les plus populaires du cinéma américain, Jean Dujardin est remarquable et tout simplement beau dans ces allures d’Humphrey Bogart. Un mélange réussi de cinéma muet et de cinéma noir des années 40 qui donne au film une certaine tenue dans la durée. Son succès international tient en grande partie au scénario qui ne laisse aucune place aux idées, ce qui en soi est un retournement considérable de la grande tradition du cinéma d’auteur français. Une pluie d’Oscars pour un film qui ne veut rien dire peut nous interpeller aussi sur l’état de notre civilisation qui privilégie de plus en plus l’image au détriment du texte et du dialogue. Le cinéma muet, c’est avant tout un grand monologue avec soi même ; l’idée simple d’avoir toujours raison et de ne pas être contredit. Au delà de la nostalgie du cinéma en noir et blanc et de la plastique de son acteur principal « the Artist »n’est pas un film de tradition française mais s’inscrit dans cette recherche effrénée du « produit » de masse qui n’a comme objectif que le contentement du plus grand nombre. Les français ne sont ils pas les maitres du film publicitaire ? Un bel hommage leur est rendu avec cette production oscarisée.

 

 

igor deperraz

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

igor deperraz

Chronique de l'actualité politique et sociétale.Publication dans la presse nationale française ,suisse etc.....
Voir le profil de igor deperraz sur le portail Overblog

Commenter cet article