Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

 

 

Journal à Mali… ce

L’armée française contrôle son image. C’est de bonne guerre. Embarquer un  photographe dans un véhicule désigné pour lui faire faire un petit tour tout en ayant l’œil sur tout ce qu’il imprime , c’est ce que l’on aurait appelé en d’autres temps ,faire son service au SIRPA .L’information est devenue une arme de destruction massive que l’on prend soin d’entourer du secret défense. Avec des frappes à l’aveugle sur des objectifs surveillés par satellites, le risque est grand de provoquer la mort de civils innocents .Après le passage des tirs de nouvelles générations, les troupes spécialisées ne peuvent que remplir leur sacs d’une compote à l’ADN. On comprend que dans ses conditions de frappes chirurgicales, tout soit fait pour éviter que l’on se pose trop de questions  sur la composition de la purée .La seule traçabilité recherchée  sur 43 corps fut celle d’ Abou Zed d’AQMI . Si  on ne peut reprocher à l’armée de faire son métier, on peut par contre se demander pourquoi aucun Reporter n’est engagé au coté de l’ennemi et surtout pourquoi la dépendance est devenue la règle. La peur de l’enlèvement, la perte totale de contact chez les islamistes ou le confort de la situation ? On savait qu’aujourd’hui les journalistes ne quittaient plus les écrans d’ordinateur, on sait maintenant qu’ils ne quittent plus le piano bar des Hôtels internationaux. Pourquoi ne pas se contenter des images du service des armées pour diffuser de la propagande clef en main. L’information est devenue une marchandise calibrée et surveillée qu’il est de plus en plus difficile d’obtenir. Que se passe t il vraiment en Syrie ? Quels sont les effets réels de l’accident nucléaire de Fukushima Le parc nucléaire est il si sure ? Jamais la frontière entre l’information et la propagande n’aura été si tenue ….

Igor deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article