Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Les parfums langagiers de Mademoiselle

 

L’Administration française, d’un soudain  trait de plume  vient d’annoncer la disparition du terme « Mademoiselle ». Une victoire du combat des femmes pour l’égalité serait on amené à penser  ou la revanche des « Madame »  sur la société civile. Ce mot  prenant  racines dans la société gallo romaine,  évoluant rapidement  en femme de la bourgeoisie puis au sens de femme n’ayant pas accédé à la sexualité peut-il disparaitre du langage par la simple volonté administrative. Il eut été moins contestable de supprimer le terme de Madame et de laisser des millions d’accroche-cœurs égayés nos  écritures quotidiennes. Nos Mademoiselle ne vont-elles pas être obligées dorénavant de vivre dans la clandestinité ou émigrées  vers des cieux plus romantiques. Par cette méprisable habitude de supprimer ce qui fait le charme discret de la bureaucratie française, quelques fonctionnaires par trop zélés nous privent, sans consultation de ces petits riens  qui font le bonheur des ennuyeux  formulaires. Madame ou Mademoiselle ? Il ne restera au mot que ses deux définitions : ustensile servant à chauffer le lit ou bouteille de vin. Cette victoire des femmes à barbe sur les relations hommes femmes n’a rien de politique  et ne change en rien le statut des femmes dans la société civile. Le salaire en bas de la feuille de paye sera  toujours inférieur à vingt pour cent à celui des hommes et les taches ménagères ne seront  toujours pas portées par les damoiseaux. Mademoiselle était certainement plus portée par le parfum discret des dentelles et les odeurs printanières des poètes  que par une quelconque revendication féministe. Ne nous ne laissons pas dépoétiser  notre fleur langagière.  Résistons aux pressions bureaucratiques qui n’ont dans cette affaire qu’un souci, réduire les coûts d’impression des formulaires. Redonnez nous nos charmantes demoiselles qui d’un sourire éclairaient les souvenirs de nos jeunes printemps.

 

Igor deperraz          

Commenter cet article