Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS", L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité.salons (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris jury Petits Molière Téléphone 0785473094

libre et livre numérique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edition numérique hors de prix

 

 

Réglementer le prix du livre numérique est un frein à la diffusion des œuvres de langue française. L’objet de cette réglementation n’étant pas de donner aux auteurs un revenu minimum mais  de protéger le support papier de la concurrence des éditeurs en ligne. Seul une dizaine d’auteurs vivent bien de leur plume ; les autres font vivre et parfois mourir  les entreprises de l’édition .Combien  coûte  réellement un support PDF ou Epub, quelques euros On  est loin des dizaines d’euros proposés actuellement  sur les sites de ventes en ligne. Un prix qui s’établit exclusivement  en fonction de l’édition papier .Le législateur oublie rapidement qu’un fichier informatique ne se revend pas d’occasion ou du moins, si certains sites essaient de développer ce procédé, il n’a aucune consistance matérielle et n’attend pas au fond d’une librairie un bouquiniste pour le reprendre. Le lecteur français se voit dorénavant contraint de se mettre rapidement à la littérature anglo saxonne dans le texte  ou de relire les œuvres du domaine public en ligne sur les sites Québécois .En voulant mettre temporairement les grands éditeurs français en dehors de la nouvelle réalité éditoriale, les pouvoirs publics condamnent  la littérature de langue française à ne plus se diffuser hors de ses murs. Les encres numériques, et les lecteurs spécifiques donnent à l’édition numérique internationale ses lettres de noblesse. En supprimant les invendus et le pilonnage de million d’ouvrages  l’édition numérique est l’avenir de l’édition à condition qu’elle soit vendu à son prix d’échange, quelques euros .L’ouvrage numérique n’entraînera pas la disparition du livre classique, comme la photographie n’a pas supprimé l’argentique mais elle donnera aux auteurs une chance d’être publié à un coût moindre. En mélangeant deux supports aux qualités et usages différents, l’édition française et les quelques auteurs à succès se réservent  une marge confortable. En imposant un prix exorbitant  au support virtuel ,l ’immense majorité des écrivains contemporains de langue française sont condamnés à ne pas être diffuser sur les tablettes .

 

 

Igor Deperraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edition numérique hors de prix

 

 

Réglementer le prix du livre numérique est un frein à la diffusion des œuvres de langue française. L’objet de cette réglementation n’étant pas de donner aux auteurs un revenu minimum mais  de protéger le support papier de la concurrence des éditeurs en ligne. Seul une dizaine d’auteurs vivent bien de leur plume ; les autres font vivre et parfois mourir  les entreprises de l’édition .Combien  coûte  réellement un support PDF ou Epub, quelques euros On  est loin des dizaines d’euros proposés actuellement  sur les sites de ventes en ligne. Un prix qui s’établit exclusivement  en fonction de l’édition papier .Le législateur oublie rapidement qu’un fichier informatique ne se revend pas d’occasion ou du moins, si certains sites essaient de développer ce procédé, il n’a aucune consistance matérielle et n’attend pas au fond d’une librairie un bouquiniste pour le reprendre. Le lecteur français se voit dorénavant contraint de se mettre rapidement à la littérature anglo saxonne dans le texte  ou de relire les œuvres du domaine public en ligne sur les sites Québécois .En voulant mettre temporairement les grands éditeurs français en dehors de la nouvelle réalité éditoriale, les pouvoirs publics condamnent  la littérature de langue française à ne plus se diffuser hors de ses murs. Les encres numériques, et les lecteurs spécifiques donnent à l’édition numérique internationale ses lettres de noblesse. En supprimant les invendus et le pilonnage de million d’ouvrages  l’édition numérique est l’avenir de l’édition à condition qu’elle soit vendu à son prix d’échange, quelques euros .L’ouvrage numérique n’entraînera pas la disparition du livre classique, comme la photographie n’a pas supprimé l’argentique mais elle donnera aux auteurs une chance d’être publié à un coût moindre. En mélangeant deux supports aux qualités et usages différents, l’édition française et les quelques auteurs à succès se réservent  une marge confortable. En imposant un prix exorbitant  au support virtuel ,l ’immense majorité des écrivains contemporains de langue française sont condamnés à ne pas être diffuser sur les tablettes .

 

 

Igor Deperraz

Edition numérique hors de prix

 

 

Réglementer le prix du livre numérique est un frein à la diffusion des œuvres de langue française. L’objet de cette réglementation n’étant pas de donner aux auteurs un revenu minimum mais  de protéger le support papier de la concurrence des éditeurs en ligne. Seul une dizaine d’auteurs vivent bien de leur plume ; les autres font vivre et parfois mourir  les entreprises de l’édition .Combien  coûte  réellement un support PDF ou Epub, quelques euros On  est loin des dizaines d’euros proposés actuellement  sur les sites de ventes en ligne. Un prix qui s’établit exclusivement  en fonction de l’édition papier .Le législateur oublie rapidement qu’un fichier informatique ne se revend pas d’occasion ou du moins, si certains sites essaient de développer ce procédé, il n’a aucune consistance matérielle et n’attend pas au fond d’une librairie un bouquiniste pour le reprendre. Le lecteur français se voit dorénavant contraint de se mettre rapidement à la littérature anglo saxonne dans le texte  ou de relire les œuvres du domaine public en ligne sur les sites Québécois .En voulant mettre temporairement les grands éditeurs français en dehors de la nouvelle réalité éditoriale, les pouvoirs publics condamnent  la littérature de langue française à ne plus se diffuser hors de ses murs. Les encres numériques, et les lecteurs spécifiques donnent à l’édition numérique internationale ses lettres de noblesse. En supprimant les invendus et le pilonnage de million d’ouvrages  l’édition numérique est l’avenir de l’édition à condition qu’elle soit vendu à son prix d’échange, quelques euros .L’ouvrage numérique n’entraînera pas la disparition du livre classique, comme la photographie n’a pas supprimé l’argentique mais elle donnera aux auteurs une chance d’être publié à un coût moindre. En mélangeant deux supports aux qualités et usages différents, l’édition française et les quelques auteurs à succès se réservent  une marge confortable. En imposant un prix exorbitant  au support virtuel ,l ’immense majorité des écrivains contemporains de langue française sont condamnés à ne pas être diffuser sur les tablettes .

 

 

Igor Deperraz

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

igor deperraz

Chronique de l'actualité politique et sociétale.Publication dans la presse nationale française ,suisse etc.....
Voir le profil de igor deperraz sur le portail Overblog

Commenter cet article