Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Libérons les lycéens des Lycées

La manifestation étudiante doit-elle être sanctuarisée au même titre que doit l’être le temps de scolarité ? Les manifestions lycéennes sont le grand rituel saisonnier d’une génération. On les retrouve dans chaque tentative du pouvoir d’oublier sa jeunesse. Dans ces affaires d’expulsions de jeunes par la justice, c’est plus la négation d’une spécificité de l’état d’adolescent que la volonté de mettre un terme aux expulsions qui s’exprime dans un mouvement qui ne fera que s’amplifier si le pouvoir ne se soucie pas un peu plus sérieusement du discours « jeune »

Dans un monde où l’on se préoccupe principalement de ménager les retraités et d’étouffer les moins de 25 ans, il n’est pas étonnant qu’à chaque automne revienne la ritournelle des grandes manifestations de rue. Outre l’indécence de cumuler l’emploi et la retraite, outre l’allongement de l’âge de départ dans la vie active pour les jeunes et l’assèchement par les générations actuelles des caisses de pensions, on peut légitimement se demander pourquoi le lycée ennuie tant et tant ses pensionnaires ?

Comment ce bloc monolithique a pu échapper à toutes les évolutions pour éviter le mot réforme. Rien n’a vraiment changé depuis cinquante ans dans ce temple du conformisme. Y a-t-il une matière sur la transition énergétique ? Du cinéma au même titre que la littérature et plus profondément, peut-on continuer à infantiliser ces jeunes qui ne demandent qu’à être pris au sérieux ?

La seule expression libre de la jeunesse reconnue est la manifestation de rue ! Libérons les lycéens du lycée et nous retrouverons collectivement confiance dans notre jeunesse. Si l’on s’ennuie dans les lycées, c’est bien parce qu’ils ont cessé depuis longtemps d’émanciper les esprits.

Spécificité française, la manifestation lycéenne est l’expression d’une revendication et d’un message qu’il faut entendre… » Cours camarade, le vieux monde est derrière toi » criait en 1968 un ancien Recteur à la mémoire courte…

Igor Deperraz

Commenter cet article