Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Turgot est de retour

Et voilà que nos bons vieux instituteurs d’antan à la blouse grise sont pris malgré eux dans la tourmente. on les soupçonne de corporatisme. Les corporations, rappelons-le sont apparues au 11 siècle. Elles définissaient un métier, un statut et déjà un privilège ! Quand Turgot les abolit par l’édit du 5 février 1776, tout le monde s’en félicite sauf les intéressés qui vivaient depuis trop longtemps sur leurs acquis. Le système de Maître, apprenti, valet a-t-il survécu aux lois révolutionnaires pour se réinterpréter dans le corps des hussards de la 5’ république ?

Depuis qu’ils ont hérité du statut honorable de Professeur, les Maîtres d’école sont passés dans la catégorie A de la fonction publique, ce qui leur assure un salaire correct au regard de leur prédécesseur, les instituteurs. L’État dans sa largesse les dispense aussi de travailler pendant les petites vacances scolaires et le temps libre n’est il pas devenu aujourd’hui une valeur aussi précieuse que l’argent ?

La liberté pédagogique leur permet d’enseigner avec une relative autonomie que l’on ne retrouve que dans les professions libérales. On peut donc parler de Corporatisme comme Gérard Courtois le suggère avec des arguments maladroits. Les enseignants jouissent bien d’un statut et de privilèges. Pourtant à l’intérieur du « Corps » professoral, ils appartiennent à la catégorie des valets parce que majoritairement féminisés et donc inévitablement sous-payés.

S’ils font plus de 35 heures par semaine alors que Jack Lang leur a précisé qu’il devait prendre la réduction du temps de travail sur leur temps de préparation ,c’est par choix individuel.

La réforme scolaire et le retour du mercredi matin entraîneront-ils la Turgotisation du Statut de 1952 ? Les gouvernements qui se succèdent et les ministres se sont toujours heurtés aux puissants syndicats que l’on soupçonne de cogestion dans les couloirs du Ministère.

Mais alors pourquoi l’État a il après la libération donné ce corpus de privilèges aux Professeurs. D’une part la pénibilité du métier est incontestable et il est inenvisageable d’enseigner en face d’un public âgé de moins de 10 ans à 60 ans. D’autre part, les instituteurs ont été et sont le vivier du monde associatif et politique. Ce privilège temps permettant une formation intellectuelle de qualité et un investissement gratuit et inestimable dans le tissu républicain.

Le Corporatisme républicain des professeurs a depuis 50 ans permis de maintenir un enseignement laïque dispensé par des professeurs libres de tous les pouvoirs. Attaquer frontalement l’enseignement primaire est disproportionné dans un système inégalitaire octroyant aux professeurs de collège et de lycée 18 heures de travail semaine pour un même statut. Le Professeur de philosophie Vincent Peillon pourrait lire ou relire ce passage du contrat social de Rousseau », la liberté n’étant pas un fruit de tous les climats n’est pas à la portée de tous les peuples. Plus on médite ce principe établi par Montesquieu, plus on en sent la vérité. Plus on le conteste, plus on donne occasion de l’établir par de nouvelles preuves « 

Igor Deperraz

Commenter cet article