Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Le front de gauche garde le monopole du Rêve

 

Le gouvernement de Jean Marc Ayraut ne comporte aucun ministre communiste. Une rupture symbolique avec l’histoire de la Gauche qui avait remporté Mai 1981 avec l’appui du monde ouvrier traditionnel. Il n’accorde aucune place à l’écologie, et renforce même l’idée de production et de croissance exponentielle des biens. La fantaisie n’est pas non plus son fort  dans la répartition  d’intellocrates surdoués, premiers de la classe. Le premier gouvernement Hollande ne fera  pas du rêve,  le petit plus dénominateur commun caractérisant la Gauche. L’idée d’un  printemps français de la pensée s’éloigne en ce début de quinquennat. L’heure est bien à la gravité,  le pays doit être managé avec sérieux et puritanisme. François Hollande réussira-t’il a imposé l’esprit du Calvinisme dans une société française profondément laïque ?

La Jeunesse prise en modèle pendant la campagne  semble bien éloignée des principes austères qui se dégagent de l’équipe en place. L’explosion de liberté qui permit la création des radios libres en 81, la folle aventure de France culture, ou la fête de la musique n’ont plus cours aujourd’hui. Ce gouvernement ennuie et pourrait même faire bailler s’il n’avait pas le mérite de remettre l’Etat de droit au cœur de la République.

François Hollande ne pourra pourtant pratiquer l’art de l’évitement trop longtemps. L’intellocratie qui prend les commandes des ministères pourrait très rapidement être confrontée à une  Jeunesse réelle faite de rouille et d’os. En refusant de donner une part de Rêve au Espoirs de changement, la Gauche au pouvoir prend le risque de se priver d’une majorité à l’Assemblée Nationale. Pour l’instant, Le rêve reste à gauche le monopole du Front de gauche !!! Le gouvernement d’après législative devra pourtant tenir compte de la fantaisie et de la légèreté, moteurs inconscients  de la croissance et de la natalité s’il veut continuer à ce prévaloir de l’étiquette «  gauche ».  

 IGOR DEPERRAZ

Commenter cet article