Le mal malien

par igor deperraz  -  21 Janvier 2013, 08:26

Le Mal malien

 

 La France Afrique est de retour au Mali sous le regard bienveillant des politiques et d’une partie de ses habitants. Les Africains apparaissent désabusés sur leur propre capacité à gérer eux-mêmes leurs affaires. Il y a comme un retour vintage de la politique coloniale.

La jeunesse qui n’a pas connu les extravagances des colons français d’avant l’indépendance se met à rêver d’un petit coin de France en terre africaine. La bienveillance des soldats français et leur courtoisie contraste avec les mauvaises habitudes des armées du continent noir pratiquant le racket, parfois même le viol et l’intimidation physique. La France représente dorénavant la « Pax Romana noire ». Dans l’imaginaire collectif du peuple français, notre civilisation démocratique est le passeport indiscutable du bien-être humain.

Au fond d’eux-mêmes les responsables politiques français de droite et de gauche pensent que nous avons notre place en Afrique. La démocratie héritée de la philosophie grecque ne peut pourtant s’appliquer en terres africaines. L’ethnologie nous a depuis longtemps appris à connaître nos différences.

S’il n’y avait pas au Mali, toutes ses richesses du sous-sol, notre compassion sur la violence subie ne provoquerait pas une telle croisade. Nous quittons lâchement l’Afghanistan et laissons ses habitants en proie aux talibans pendant que nous redéployons notre armée sur un autre continent pour combattre les mêmes symptômes.

Les bandes armées vont se volatiliser sur cet immense territoire et pratiquer la terreur. Enlèvement, attentat, harcèlement. Le jour berger, la nuit combattant. Il n’est pas possible de tenir un tel espace avec quelques chars et avions, l’effet de surprise passé. La France se retrouvera donc devant ses responsabilités .assumer pleinement ses velléités coloniales et mettre des moyens financiers et politiques pour sortir le pays de la misère ou se replier sur un constat d’échec et légitimer un peu plus les islamistes dans leur guerre sainte.

 

Igor deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :