Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Lasagne Gate

 

La viande de cheval rebaptisée en bœuf pour des raisons économiques par une société française n’est pas une tromperie culinaire, mais économique .Gavius Apicius, créateur italien des « lasana » étageait son plat avec des tetons de truie ! L’évolution des goûts et l’aspect peu ragoûtant du plat, l’on fait évoluer vers des viandes plus nobles.

Aujourd’hui pour cuisiner des lasagnes, on se doit de mélanger un tiers de chair à saucisse issue du porc avec deux tiers de viande hachée venant du bœuf. Mais rien n’interdit de se fournir dans une boucherie chevaline pour y ajouter un steak haché de cheval .le scandale ne porte donc pas sur la viande de cheval, mais sur l’incapacité pour le consommateur de cuisiner ses propres mets.

Dans les années 1950, les robots ménagers étaient vendus avec l’accessoire pour hacher la viande, une garantie pour le consommateur qui n’existe plus depuis le développement de la cuisine d’assemblage. Aujourd’hui, on appelle lasagne, ce qui devrait porter le nom de pâté pour chien ! Comment espérer acheter pour quelques euros un plat qui outre de la viande doit être garni en tomates, épices et autres produits frais.

 On peut s’interroger sur l’appellation des plats cuisinés et sur leur présence dans les rayons d’alimentation humaine .ce type de plat devrait plutôt être vendu par les vétérinaires et ne plus avoir le droit d’usurper le nom de lasagne. Des appellations culinaires protégées à mettre en place par les pouvoirs publics et un retour du hachoir dans les cuisines à remettre au goût du jour limiteraient la spéculation boursière. Un bas morceau, peu apprécié du consommateur !

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article