Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

La droite se prend une Gauche

 

La droite et son idéologie libérale ont été largement bâtie ses dernières années sur une conception élitiste du Capital .C’est la prédominance d’un programme gouvernemental basée sur la glorification de l’enrichissement personnel et  la flamboyance qui  l’ont conduit d’élections en élections  à la défaite électorale. Ce résultat n’est pas la victoire du Socialisme mais une  perte de légitimité progressive et constante auprès de ses électeurs traditionnels. Le peuple de droite a fini par ne plus se reconnaître dans  cette  dérive « Saint Trop ». Si Nicolas Sarkozy est ce que Bernard Tapie à la gauche,  François Hollande, par tradition familiale et par conviction est proche de Jacques Chirac. Un social démocrate chrétien respirant le pays depuis sa province. Les deux hommes ont en commun d’incarner la gestion en bon père de famille de l’Etat. Il ne faut donc pas attendre de François Hollande et de son gouvernement une politique Socialiste mais bien une politique sociale démocrate. Celle  que François Bayrou à la tête de l’UDF aurait pu mener s’il n’avait pas engagé son mouvement dans une aventure ego centrique ou ego centriste. La droite traditionnelle s’est fondue dans l’U.M.P.  et s’est enfermée dans la tyrannie des proches de Nicolas Sarkozy. L’avenir des droites passera certainement par un retour aux sources de l’UDF et une disparition de l’UMP.

Les grands perdants de cette élection sont les Partis extrêmes comme les deux fronts qui n’ont pu mobiliser au-delà de la Présidentielle. L’échec de Jean Luc Mélenchon est particulièrement tragique au sens littéral. Le Front de gauche, appuyé par l’élite intellectuelle parisienne a confondu trop rapidement le monde que l’on peut comptabiliser dans un rassemblement politique avec le peuple que l’on peut décompter dans un recensement. Cette erreur lyrique  enterre le Parti communiste aux oubliettes de l’Histoire et ouvre au Front National les portes de l’électorat populaire. Trois hommes n’ont pas senti les évolutions de notre société et se sont fait désavouer par les électeurs, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Jean Luc Mélenchon.

A l’avenir, on peut espérer que le retour des femmes en politique et à la tête des grands  Partis politiques  puisse corriger l’ excès de confiance en soi que l’on retrouve trop souvent  dans la gent masculine….            IGOR DEPERRAZ 

Commenter cet article