Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

Je vous ai compris !!!

 

 

François Hollande pose sa candidature dans l’urne de la probité et de la France. Il veut « changer le destin de notre pays »en imposant des réformes qui ont, faut- il le rappeler trébuchées, en leur temps sur les bancs de l’assemblée socialiste. L’eternel cumul des mandats et la loi de 1905 mise à mal par l’école privée ne cesse de hanter le fantôme des belles promesses tout comme le vote des étrangers et la liberté de Mazarine de grandir à l’abri des journalistes…On aimerait croire à la France et à sa Constitution mais s’est oublié un peu rapidement la supériorité du droit communautaire sur nos lois et l’encadrement de notre constitution dans les traités européens. Parlez de la France dans son cœur aujourd’hui c’est rester sur le registre de la nostalgie en oubliant les véritables enjeux politique et économique de l’Europe de demain .Si François Hollande se pose en défenseur de l’énergie nucléaire et engage son discours sur ce terrain, c’est qu’il sait qu’Eva Joly est certainement en passe de ne pas pouvoir franchir les 5 pour cent et donc de retirer sa candidature sans imposer de contrepartie. Difficile de croire à l’abandon de la politique de clan lorsque l’Assemblée, le sénat, les collectivités locales seront détenus par un seul parti ; la proportionnelle étant de fait, renvoyé aux prochaines élections .On ne peut donc parler de révolution ou plus simplement d’évolution mais de recadrage de l’action publique. En oubliant la sixième république, la décentralisation la Réforme fiscale et l’Europe, le candidat socialiste prend le risque de faire du Bayrou .Les regards de circonstance tendus de Jospin, Delanoë et Montebourg en disaient long sur le miracle Hollandais. Une apparition dans la grotte centriste qui ne fera certainement pas autant de guérisons qu’un marabout. L’effet placebo du Parti socialiste aura-t-il raison de la crise européenne ? François Hollande est peut être le seul à y croire mais il a la « France dans son cœur », on l’aurait certainement préféré dans sa tête …

 

 

Igor deperraz

Commenter cet article