Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

Classement des établissements ….. Un pas vers Napoli

C’est ainsi que les lycées vivent et  obtiennent pour leurs élèves cent pour cent de réussite au baccalauréat. Un taux brut impressionnant puisqu’il signifie qu’un élève inscrit en seconde aura son baccalauréat quoiqu’il fasse. Les noms de ces établissements sont bien connus, lycée Henri-IV ; lycée Saint Jean de Passy…pour le privé et une centaine  d’établissements  hors pair. Si l’on cumule le nombre d’élèves sortant de ces prestigieux lycées, on arrive à une fournée d’environ 10 000 se répartissant ensuite les entrées dans les écoles et filières les plus prestigieuses. Ces 10 000 ; placés avant même d’avoir passé l’examen puisque l’on connait d’avance leur réussite n’ont plus qu’à attendre patiemment le jour de la rentrée. Le baccalauréat est si simple pour ces élèves cumulant un fort capital social et culturel que ses épreuves sont vécues comme une simple formalité. L’enjeu des années lycées est de commencer les années « Grandes école »trois ans avant les autres. C’est un des effets pervers de l’universalité des épreuves au Bac, il donne aux hyper favorisés des épreuves d’un niveau trop simple. Pour corriger les inégalités de la carte scolaire et de la reproduction, ces établissements dont le coefficient d’entropie constatée est particulièrement extraordinaire devraient être obligés d’accueillir des enfants d’origine et de résultat plus modeste pour la moitié de ses effectifs. C’est ce  que l’on appelle la mixité sociale mais aussi une redistribution des savoirs comme il existe une redistribution des ressources par l’attribution d’allocation familiales. Si les politiques n’enrayent pas cette tendance exponentielle à la ghettoïsation des savoirs et des établissements, il n’y aura bientôt plus de place dans les appareils d’Etat, de culture ou dans l’industrie pour les « serfs »qui n’ont pas la chance de fréquenter un établissement dont le classement affiché en ce mois d’Avril  donne un cézame pour l’avenir. Une oligarchie qui tisse ses réseaux et sa toile à l’image de la Mafia  et de ses ramifications internationales….igor deperraz

Commenter cet article