Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

 

Recherche Hak Paparazzi

La sécurité publique est depuis quelques années au cœur du débat public sans qu’aucune solution durable pour endiguer l’incivilité ou la violence ne soit trouvée. Les effectifs en baisse de fonctionnaires ne peuvent expliquer à eux tout seuls les dégradations de l’espace public ou les petits délits du quotidien.

Que l’on installe des radars automatiques sur les grands axes et la vitesse redouble sur les routes de campagne ou que l’on installe des caméras de surveillance en hyper centre et la délinquance s’exprime dans les petites rues adjacentes. Rien ne peut remplacer la responsabilité collective et la conscience générale du bien publique.

Pour aller plus loin dans l’auto contrôle social, le gouvernement de Séoul a mis en place un système de délation contrôlé et rémunéré qui fait du citoyen délateur un auxiliaire de police. La procédure de dénonciation sur preuve concerne actuellement 336 infractions. Sur les amendes perçues après contrôle par une autorité compétente, le « Hak paparazzi »touche 20 pour cent. Ce qui ne représente que 5 euros pour une cigarette jetée par la portière mais peut aller jusqu’à 1.7 millions d’Euro pour la corruption de fonctionnaires d’Etat.

Ju Myong Hyum en charge du dossier au Ministère de l’Education s’en félicite dans un entretien au New York time puisque les parents ont pu ainsi   dénoncé les dépassements d’honoraire dans les Hawons, écoles privées, en enregistrant en caméra cachée les entretiens avec les chefs d’Etablissement. Un moyen pour l’Etat de faire baisser les prix des prestations scolaires sans en porter la responsabilité. Le Hak paparazzi bénéficie des évolutions de la technologie de l’image et du son pour un prix modeste.

C’est ainsi que l’on peut trouver sur le net un stylo caméra pour 84 euros, des lunettes, des portes clefs ou un radio réveil pour 378 euros. C’est la fameuse caméra tactique qui sert depuis quelques années aux émissions d’investigation opérant en caméra cachée. Une fois le fraudeur débusqué et son forfait dûment enregistré, un formulaire est envoyé au ministère compétent .Le .fonctionnaire n’a plus qu’à se déplacer pour constater l’infraction ou constaté sur la vidéo l’infraction prise en flagrant délit. Un SMS confirme la validation de sa procédure et la somme perçue. Depuis 2009 l’Etat a redistribué environ 2.9 millions d’euros à ces Sherlock homes du dimanche. Si la France emploie 126 000 fonctionnaires de police actifs, on mesure l’impact d’une telle mesure sur les finances publiques et sur l’efficacité du système répressif si demain 100 000 délateurs venaient à s’ajouter à ces effectifs. Les fonctionnaires de police se verraient décharger des petites infractions du quotidien pour se consacrer à des affaires plus conséquentes.

Une Police  sous l’œil des autres ressemblerait fortement aux méthodes de la Stasi , mais dans ce cas de figure le paparazzi agit à la vue de tous et est rémunéré comme auxiliaire de police. Le débat qui ne tardera pas à naitre dans une opinion publique de plus en plus soucieuse de tranquillité publique  devrait malheureusement valider de tels procédés Le contrôle privé existe déjà déjà dans les galeries commerciales qui filment  et interpellent les délinquants. On peut aussi voie cette avancée dans la privatisation des radars automatiques ou  La diffusion de message d’alerte en cas d’enlèvement d’enfant.

Chacun perçoit qu’aujourd’hui le contrôle vidéo de nos sociétés entraine une restriction des libertés publiques mais aucune protestation ne s’élève pour endiguer le phénomène mondial de privatisation des services de Police. Face au vieillissement des populations l’arbitrage entre liberté publique et tranquillité publique penche en faveur du second. La popularité de Manuel Valls confirme ces retournements des valeurs, y compris à gauche. La Corée du Sud pourrait donc bientôt exporter son modèle sécuritaire. Un monde à la Orson Wells qui se prépare dans l’ombre de nos angoisses.                      Igor deperraz

Commenter cet article