Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

BerlinParis  capitale fusionnée

Cinquante ans d’entente cordiale entre l’Allemagne et la France n’auront pas porté les fruits attendus par les signataires du traité de l’Élysée. Le Général de Gaulle et Konrad Adenauer rêvait certainement le 22 janvier 1963 d’un avenir plus fraternel pour leur peuple.

Sous des apparences de normalité et de coopération, les deux cultures s’opposent toujours et ne se rencontrent pas. L’exemple de la chaîne Arte est significatif. Un même programme diffusé, mais deux langues traduites. Cinquante ans n’ont pas permis de rendre bilingues les spectateurs.

L’opposition est telle que les échanges franco-allemands sont au point mort. L’enseignement de l’allemand et du Français perd du terrain chaque année dans les écoles.

L’échec provient en grande partie de cet antagonisme culturel très fort. Les Allemands se lèvent tôt et respectent le bien commun .il n’y a pas d’abri- bus détruit chaque jour dans l’indifférence générale dans les rues de Berlin.

Les Français s’imposent des réglementations tatillonnes très fortes comme la limitation de vitesse sans jamais les respecter.

Les deux parties se respectent et s’apprécient, mais la fusion se heurte toujours à cette barrière imaginaire. Lorsqu’un salarié allemand part au travail, le français rentre. Ils ne peuvent que se croiser.

Pour atteindre l’objectif d’une Europe franco-allemande, l’apprentissage de l’allemand aurait dû devenir obligatoire et Berlin qui portait déjà la partition franco-allemande devenir la capitale commune. À suivre dans 50 ans

 

Igor deperraz

Commenter cet article