analyse...

par igor deperraz  -  20 Mai 2011, 19:26

 

 

 

 

 

 

 

 

Communauté noire- communauté juive.........

Riches et pauvres........................

protestant ............

catholiques..............

 

Dans le combat  qui oppose les avocats de Monsieur Dominique Strauss Kahn au Procureur élu de New York peut resurgir en filigrane, pour les uns la défense de l’honneur  d’un membre de la communauté juive et pour les autres la défense de la communauté noire porteuse de toutes les inégalités. C’est très certainement une des faces cachées de cette affaire qui ne prend pas en considération la victime et le coupable présumé mais bien  les intérêts cachés des uns et des autres.En considérant  le cliché qui veut que la communauté noire soit  opprimée et la communauté juive accapareuse de richesses . On peut comprendre que l’un des enjeux  du procès relève plus de la symbolique que de la dynamique de la Vérité .Ces clichés qui n’ont rien à voir avec une juste et équitable mise en perspective d’une culpabilité à démontrer et d’un outrage à réparer vont dans les mois à venir embrouiller les jurés mais aussi les relations diplomatiques avec la France. Le couteau entre la dent continue tristement à faire recette auprès des journaux à sensation. A ce stade de la procédure et tant que le tribunal n’a pas rendu sa décision, seul les faits comptent. Des faits d’un extrême gravité, injustifiable qui devront être établi avec certitude… Sans se laisser porter par notre propension à respecter inconsciemment les codes du cinéma américain .La belle et la bête, l’affaire ressemble plus à la dérive d’un homme seul et dépassé par ses responsabilité qu’au serial violeur que l’on souhaiterait, pour certain dénoncé .Dans un pays ou le communautarisme est la règle, il y a la  mise en scène inconsciente d’une bataille politique pour l’égalité entre les noirs et les blancs. Cette dualité étant à mettre en perspective avec les revenus considérables accumulés par un homme sensé représenté un idéal républicain. Cette affaire sordide nous emmène sur un terrain labouré par des générations de mal entendu .Il n’est pas certain que les intéressé soit le centre des préoccupation de cette justice là. L’homme qui est tombé était porté par les ambitions supposées  d’Israël de voir un Président de la République française Sépharade. La place de la France au Conseil de sécurité amènera de bons scénaristes à entretenir l’idée d’un complot dans un monde ou le sordide peut arriver à chaque seconde. L’homme de Nietzsche n’habite pas encore dans les grattes ciels.

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :