Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Manifeste pour un recrutement massif de 60 000 profs fainéants et bons enfants !

Avec le printemps et sa traditionnelle remontée de sève libérale, certains souhaiteraient que l’on s’attaque aux mauvais résultats affichés du système éducatif français. Soudainement les professeurs devraient se convertir aux mœurs des cadres de l’industrie pour lutter contre l’échec scolaire. Des objectifs de management qui ont traversé l’industrie alimentaire et provoqué les scandales alimentaires que l’on découvre aujourd’hui !

 Y a-t-il un problème éducatif ou plus simplement un problème productif en France ? Toute une génération d’enfants qui voient ses parents au chômage ou travaillant dans des conditions indignes ne doute-t-elle pas des bienfaits de l’apprentissage ?

 Comment peut-on expliquer que la France des trente glorieuses ait eu un système éducatif performant avec une jeunesse qui passa son temps à sécher les cours et manifester dans la rue à partir du printemps ?

Plus la fainéantise gagne du terrain chez les jeunes, plus son esprit créatif et inventif se développe. Plus les profs d’après 68 furent bons enfants, plus les élèves menèrent leurs études avec opiniâtreté et réussite. En développant l’autonomie et l’esprit critique, le système éducatif français a produit l’industrie et les services de pointe que l’on connaît encore aujourd’hui. Designer de renommée internationale, animation 3D, aéronautique et toutes les PME innovantes qui créent des emplois.

 Les trente-cinq heures ne nous ont pas empêchés d’obtenir une des meilleures productivités du travail en Europe ! La paresse est le moteur écologique de la croissance. L’Éducation nationale gagnerait à développer un recrutement massif de professeurs fainéants et bons enfants pour galvaniser la jeunesse et lui redonner le goût d’apprendre.

C’est en regardant les cadres des entreprises françaises que l’on comprend pourquoi nos jeunes partent en Australie ou sont durablement atteints par l’échec scolaire ? L’envie est le moteur essentiel des apprentissages, l’ennui le carburant de la réussite. À trop mettre de pression, de rigidité dans le système, on finit par étouffer la Motivation.

Apprendre à désapprendre la pensée libérale devrait être mis au programme des nouvelles écoles de formation de ces nouveaux enseignants fainéants.

Sous le goudron… les pavés…

 

 

Igor Deperraz

Commenter cet article