Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

L'agression dont a été victime un instituteur d'Argenteuil nous apporte plusieurs éclairages sur la situation réelle du rapport École famille en France .La banlieue n'est pas l'apanage de cette violence sournoise ! L'école comme la police sont l'objet d'une haine viscérale de la part des catégories sociales les plus vulnérables de la société.


La contestation sociale se tourne dans ses formes les plus violentes vers les agents de l’État les plus en vue et donc les plus vulnérables .


Pour les uns les agents de l'État sont des nantis, pour d'autres des missionnaires en terre culturelle gardée. Pour la majorité, tout va bien, et ces comportements ne sont heureusement que  le fait de quelques-uns …
En lançant " Il n'y a qu'un seul Maître, c'est Allah " ces agresseurs utilisaient l'Islam radical comme l'on pourrait utiliser le sionisme, le printemps français, ou toute autre forme de radicalisme.


L'école n'est plus un lieu de liberté, d'éveil ou de réflexion, mais trop souvent un lieu de confrontation sociale .La résistance vient tout à la fois du haut et du bas . Le haut qui souhaite une école docile à ses ambitions de classe .Modernité ,anglais ,introspection et préparation aux grandes écoles et le bas qui " fout le brin "pour contrecarrer les ambitions des autres …
Ces démarches contradictoires s'inscrivent dans la Reproduction et l'accaparement du Capital scolaire par une élite de plus en plus monopolistique et hégémonique dans l'espace politique.


L'Administration de l'Éducation nationale aurait répondu selon LE PARISIEN " Nous lui apporterons toute forme d'aide dont il pourrait avoir besoin… " Comme dans la police, on doute fortement que cette aide, presque évangélique puisse entraver l'action de ses jeunes voyous .Ils n'ont pas frappé un représentant de l'État répressif, mais un instituteur engagé pour la République laïque et qui défend tous les enfants de ce pays y compris les migrants, les exclus, les minorités.


En ne prenant pas la mesure de ce qui se passe, les gouvernements successifs répondent en établissant des programmes scolaires qui sont réfléchis et théoriquement intéressants. Ils  se fracassent néanmoins devant la réalité des Maitres,  confrontés à la violence . " Il pourrait avoir besoin..." résume la posture institutionnelle complètement déconnectée du terrain social et de ses souffrances.Parsemé des mines de l'injustice sociale  …L'école de la République est-elle devenue un fort assiégé ?
Igor Deperraz

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article