Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

IL FAUT DÉCHOIR DE LA NATIONALITÉ CEUX QUI S'OPPOSENT A LA LIBERTÉ SEXUELLE DES FEMMES

Il faut déchoir de la Nationalité française ceux qui s’opposent à la liberté sexuelle des femmes.

Si le poids de l’histoire ne nous séparait pas artificiellement, nos amis intellectuels algériens auraient beaucoup à nous apprendre sur le monde musulman. Kamel Daoud est de cela, écrivain auteur de Meursault contre enquête chez acte sud, il écrit dans le quotidien italien LA REPUBLICA, l’explication sans détour du sexisme musulman inconscient.

« À qui appartient le corps de la femme dans le monde arabe ? À sa nation, sa famille, son mari, son frère aîné son quartier, les enfants de son quartier, son père et à l’État, la rue ses ancêtres, sa culture nationale, ses interdits, à tous et à tout le monde sauf à elle-même (..) la femme erre comme un bien d’autrui.

De cela nous ne voulons pas et la République ne s’est pas construite pour renier ses valeurs au prétexte que ce choc de représentation de l’autre est un bien commun du monde arabe. Il y a une barrière que nous ne pourrons franchir sous peine de nous perdre dans un angélisme fatal.

« Cela pose le problème de la responsabilité après l’accueil et qu’il faut assumer »

Qui ne fut pas surpris de lire dans un journal qu’une famille de réfugiés chrétiens fut accueillie dans une charmante maisonnette avec jardin alors que d’autres croupissaient sous des tentes humides . Que dire de ceux qui proclament qu’il leur faut un travail et une maison et puis c’est tout ! Pendant que les associations cherchent à loger depuis des années des réfugiés venus de l’Afrique noire sans que personne ne s’en inquiète ?

L’attitude d’une minorité a certainement entamé le capital sympathie des premiers temps, mais cette inquiétude pour les femmes, le droit des femmes et en général la liberté sexuelle devraient nous inciter à constitutionnaliser l’interdiction du voile sous toutes ses formes dans l’espace publique et surtout d’inscrire dans la constitution la liberté sexuelle comme fondement de la République.

Il faut tenir à distance ceux qui ne veulent pas accepter le principe d’égalité des sexes. Il faut donc introduire la déchéance de nationalité pour ceux qui violent les principes du bien-vivre ensemble au 21 siècles dans le pays des lumières.

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article