Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Sourat 59 versets 2

La Sourat 59 versets 2 sert de justification aux exactions commises par les sept combattants de la « cause » islamique. Ils posent comme principe théorique de leur fanatisme la réponse de Mohammad « Votre sang est mon sang ; votre rémission est ma rémission ».

« Je participe de vous, et vous participez de moi. Je combattrai quiconque vous combattrez, et ferai la paix avec qui vous ferez la paix » (rapporté par Ibn Hichâm). L’exégèse du Qur’ân et les polémiques théologiques et politiques qui occupent principalement les musulmans sont dû principalement à cette double personnalité du prophète. Un homme d’action immergé dans les réalités de son temps et l’intemporalité du message divin qu’il retranscrit aux hommes. Une schizophrénie divine, mais bien présente. Muhammad autorise les Khuzâ’ites à se venger des Bakrites, mais constatant les exactions, il propose la paix.

Les combattants de l’État islamique s’en tiennent principalement au prophète politique et non au prophète médiatique. Au Bataclan ou à Charlie hebdo, leurs actions sanguinaires n’ont pas été exécutées au nom des grands principes de l’Islam, mais au nom de la conquête d’un territoire spirituel en devenir .

La volonté de respecter ce dogme »persuader l’homme de ne faire que ce qui est bon et bien, et cela malgré la faculté que l’homme possède pour faire le mal .C’est la base de la morale islamique qui oblige l’homme à s’abstenir du vice malgré son attrait et ses tentations .Le mal paraît comme un bien aux yeux de l’ignorant, qui ne pense qu’à lui-même sans tenir compte des conséquences. Pour endiguer le flot de conversions et d’exactions, il sera aussi nécessaire de s’engager philosophiquement sur le terrain théologique, et ceci ne pourra se faire qu’avec une meilleure compréhension du Coran et de la théologie islamique. Nous n’avons peut-être jamais pris la peine d’ouvrir le grand livre de l’altérité sans oser s’y brûler les doigts ou nous les rincer.

Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article