Prendre le train avec Daech

par igor deperraz  -  1 Octobre 2015, 19:06

Prendre le train avec Daech

Prendre le train pour Daech chapitre 2

Prendre un train m’a toujours plu. Le bruit de la gare, des quais qui n’en finissent pas de crier leurs solitudes, ces rails qui barrent d’un trait de bois toute idée de perspective .Le nouvel implant que je me suis fait mettre cette année me permet de franchir le portail sans avoir à sortir les quelques pièces et billets qui servent encore à ceux qui prennent le temps de jouer aux jeux d’échange d’antan. C’est plaisant de ne plus avoir à déclarer ses revenus. Mon train est à quai .je monte et m’assois.

Je pourrais être horrifié à l’idée insoutenable de me jeter dans la gueule du loup, mais il n’en est rien .Je savoure cet instant ou le jour se lève. Court moment ou le temps n’est plus qu’un souffle qui s’égare dans les dunes de l’espérance .Apres tout l’État islamique n’est qu’une théocratie qui ne cache pas ses mots .Prisonnier de la charia comme nous sommes prisonniers du consomisme.

Le contrôleur passe et repasse dans cette allée feutrée couverte par la douce mélodie envoûtante d’une musique synthétique .Il ne manquera pas de trouver des erreurs sur les tickets électroniques pour me faire payer les ristournes que la compagnie de chemin de fer octroie à ses employés. C’est de bonne guerre et je m’attends une nouvelle fois à payer une taxe pour le simple fait d’être un usager de la SNCF.

J’ai chargé « Daech pour les nuls », histoire de passer le temps durant cet interminable voyage qui devrait me propulser à des années-lumière de notre brillante civilisation .le Moyen âge pour certains commentateurs politiques. Une époque qui portait pourtant l’amour courtois et les troubadours à suivre

Igor deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :