Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

VENDRE OU ACHETER UN BIEN IMMOBILIER ?!

~~Mes bons conseils pour acheter dans un marché immobilier volatil Le marché de l’immobilier est instable depuis quelques années et l’on a du mal à voir s’il est opportun de vendre ou d’acheter en ce moment. Pour les professionnels, il faut toujours acheter sous la gauche et vendre sous la droite .Cette équation tient du calcul politique, mais est un indicateur fiable de la demande des investisseurs.

Pour une résidence principale, la décision de vendre correspond à un changement de situation personnelle ou professionnelle et souvent les vendeurs sont obligés de suivre les fluctuations du marché .La brutale baisse des prix à littéralement spolié de jeunes acquérant contraints de vendre trente pour cent au-dessous du prix qu’ils avaient acheté. Dans l’euphorie spéculative, certains n’avaient regardé de près l’ensemble des défauts bien perceptible pour les habitués, rez-de-chaussée, maison éloignée des transports, voisinage, toiture vétuste et trop souvent l’absence de tout-à-l’égout ou de système de traitement des eaux usées .Seuls ont échappé à la déflation les biens convoités pour leur emplacement ou leur équipement irréprochable. Des taux faibles pour emprunter ne veulent pas forcément dire que l’on fera une bonne affaire .Mieux vaut attendre la remontée des taux pour être en position de faire baisser le prix des biens aux aspérités trop nombreuses .

Il est des qualités qui ont un prix, l’orientation au sud ou à l’ouest du bien, son emplacement stratégique prés du centre-ville ou à proximité d’une population dynamique .Pour les résidences secondaires ,tout est une question de prix .Acheter une pièce au bord de mer pour une poignée de figue sera évidemment plus tenable qu’une grande bâtisse la fiscalité plus lourde et à l’entretien sans fin . La résidence secondaire reste une bonne affaire si elle s’affranchit de l’effet bord de mer et si elle est à un prix du cinquième de sa résidence principale. Les prix repartiront à la hausse lorsqu’une autre politique verra le jour et surtout au regard de l’augmentation de la population.

Les centres historiques ont par définition un nombre restreint d’immeubles et les maisons de campagne à l’ancienne deviendront comme pour les vieilles voitures des exceptions dans une France pavillonnaire. Il ne faut toutefois pas négliger la maison Phénix qui peut se rénover avec du lambris de couleur extérieur pour des prix cassés. Le marché repart parce qu’il anticipe la fin de l’ère Duflot .Pierre qui roule n’amasse pas mousse. Igor Deperraz

Commenter cet article