Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

~~Le Djiad de la pensée enfantine Pour avoir écrit dans une rédaction des propos soutenant l’outrage faites par les caricatures du prophète Mahomet ,un enfant s’est retrouvé pour des raisons complexes au commissariat de police avec ses parents comme responsable civile .

On ne peut résumer ces faits à ce qui est souvent le résultat d’un conflit sous jacent ou à la conjonction de facteurs déclenchant mais on peut légitimement se poser la question d’un serment d’Hippocrate implicite qui engagerait les hussards de la république. Dans ces affaires ou l’immédiateté prend la place de la réflexion patiente, il est nécessaire de rappeler que le professeur est dans une relation privilégié avec l’élève.

Imaginons qu’une rédaction soit demandée aux élèves « Racontez vos vacances « et qu’un élève écrive qu’il a accompagné ses parents en Syrie pour faire le Djiad avec force de détail en soutenant des positions délirantes ». Le professeur peut transmettre au parquet la rédaction pour apologie du terrorisme et faire convoquer la famille au commissariat mais que reste t il ensuite de la légitimité des professeurs .Ne prend on pas le risque d’aggraver la confusion dans la tête des enfants entre les différents services publiques .Un professeur n’est pas un auxiliaire de justice .

Il reçoit les idées les plus outrageantes d’enfants qui n’ont parfois comme parents que les images vidéo en continue qui défilent dans l’appartement . Des dessinateurs sont mort pour défendre la liberté de penser et de s’exprimer .De tout exprimer y compris le mauvais gout et la provocation .Pourquoi donnerions nous l’idée que l’on condamne à juste titre l’homophobie, le racisme et tous les ismes avec un régime plus particulier pour l’islamisme . On a jamais entendu parler de familles entendues au commissariat pour des enfants écrivant ou disant « tapette « !L’Ecrire et le penser ne peuvent ne peuvent sortir du sanctuaire de l’Ecole .

La violence physique ,l’outrage des adultes doivent évidement être du ressort de la justice mais jamais ,jamais ,on ne peut incriminer un enfant pour ce qu’il dit ou écrit en dehors des moyens dont dispose l’administration de l’éducation nationale…psychologue scolaire ,assistante sociale …. Ces exemples ultra minoritaires ne peuvent que renforcer les extrémismes en coupant définitivement les enseignants des populations perméables aux discours extrêmes .Les professeurs seront-ils demain des contrôleurs des impôts et des auxiliaires de la police des idées … Igor Deperraz

Commenter cet article