Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

~~CHarlie hebdorado de la presse .Il y a des hommes que nous avons croisés, des regards échangés et ces formidables caricatures qui nous ont tous fait rire un jour ou l’autre .Pour beaucoup d’entre nous, Charlie hebdo, c’était une bouffée d’air pur dans un monde qui se prend trop souvent au sérieux. Les caricatures de Mahomet ont propulsé la rédaction de Charlie sur la scène internationale .

Charlie hebdo n’était plus ce journal anar et potache, mais la cible d’une armée ennemie. Un vrai journal engagé contre l’Islam radical et la barbarie. Sans soutien ni aide des pouvoirs et de la presse ! Charb pensait- il vraiment continuer ce combat solitaire sans autre protection qu’un fonctionnaire de police affecté à sa sécurité ? Pendant que Boko Haram fondé par Mohamed Yosufen en 2002 multipliait les atrocités et les exécutions, la communauté internationale faisait le gros dos.

La France aurait versé selon des sources informelles 7millions de dollars pour libérer une famille française prise en otage .176 enseignants auraient été exécuté ,276 lycéennes enlevées et violées sans recevoir le moindre dollar pour leur libération. Aujourd’hui des milliers de personnes sont massacrées. Des milliers d’autres sont pris dans l’enfer de l’État islamique sans que la communauté européenne ou internationale ne veuille lancer une grande coalition internationale pour prendre le problème à la racine. Dans ce contexte si pesant et surtout si délétère, pouvait-on applaudir et encourager ces caricatures juvéniles qui allaient immanquablement attirer la foudre et la barbarie sur un journal bien seul dans son combat contre la barbarie .

On achète aujourd’hui Charlie comme on se précipite chez son marchand de téléphones portables pour avoir le dernier iPhone ? Une façon comme une autre de nous dédouaner de cette réalité qui nous gêne .

On fouette et l’ on emprisonne en Arabie saoudite pour les mêmes raisons que l’on a massacré nos amis en plein Paris .Le Katar finance des projets dans les banlieues françaises ou investit dans des sociétés françaises, mais ou est la liberté dans ce pays ami ? Si la provocation n’est pas la bonne réponse à ce problème politique fondamental, la passivité des démocraties occidentales et de l’Union européenne ne peuvent se dissoudre dans une unité européenne de façade sur la liberté d’expression. Il n’y aura jamais plus de Charlie hebdo sans Cabu . Igor deperraz

Commenter cet article