Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques matinales

Par deux points de vue passent une ...droite. Par un point de vue passe une gauche ou le contraire. Des chroniques et photographies publiées dans les journaux: "LE MONDE", "Le MONDE MAGAZINE" "LE MONDE TÉLÉVISION""LE NOUVEL OBSERVATEUR", "Le nouvel obs .fr","Les INROCK...", "LA TRIBUNE DE GENÈVE", "POLITIS", L'anticapitaliste, "La FRANCE "AGRICOLE",La Manche libre.fr "le Plus"."La VIGNE", "SINE mensuel "La Manche libre.fr" accréditation festival Albi, fête de l'Humanité.salons (plus de 1000 chroniques publiées) chroniques et flash info à Radio FMR Jusqu'à 2500 visites par jour....! événements ,photographies Igor Deperraz Normalien . études de cinéma à Paris jury Petits Molière Téléphone 0785473094

BANC P.

Les bans pudiques

 

La décision d’une mairie de grillager les bancs publics du centre ville aurait de quoi nous indigner sur la place que l’on entend partager aux sans domiciles. Peut-on refuser aux gens de la rue d’utiliser l’espace de tous pour se reposer, voir renouer avec le lien social qui leur est trop souvent refusé ?

Cette question est au cœur de la démocratie. Les barrières ont été posées à travers les différents arrêts des cours de justice. Droit de l’homme, égalité, voir compassion devraient nous inciter à accepter que des hommes et des femmes mis au ban de la société puissent utiliser les bancs publiques sans obstacles ni entraves. Le banc n’est-il pas depuis toujours le domicile fixe du sans abri ? Pour les migrants de Calais, les forêts, les champs aux alentours ne sont- ils pas des lieux pour tous. Ne se promène-t- on pas en forêt ou ne ramasse-t-on pas des champignons dans des espaces que nous prenons souvent à tort pour des lieux publics ?

Hier, les gens du voyage réclamaient le droit de s’installer sur des terrains de football ou les champs d’agriculteurs parce que l’on ne réservait pas une aire de voyage comme le veut la loi ?

Cette notion d’espace publique ne prend pas en compte l’espace pudique auquel chacun devrait pouvoir profiter ? Au-delà de la compassion et de la souffrance de ces invisibles, il est une notion de liberté partagée que l’on peut néanmoins soulever. Dix canettes de bières, des hommes ou des femmes vautrés dans le vomi pratiquant quelquefois une manche agressive s’approprient- ils parfois l’espace public pour en dévier l’usage commun ?

Les enfants ou les personnes âgées qui s’asseyaient sur les bancs de la ville ou les parents qui promenaient leurs enfants avant la « jungle » de Calais peuvent ils toujours le faire ? Peut-on continuer à accepter que l’effort de tous pour faire de l’agora un lieu d’échange social soit souillé par l’inconduite de quelques uns.

La décision de grillager est ubuesque, d’autres mairies auraient tout simplement enlevé ces bancs mais elle révèle notre état d’esprit. Nous voulons continuer à nous voiler la face sur la détresse de milliers d’exclus sans pour autant bafouer nos idéaux. Pourquoi une centaine de personnes en détresse gâcheraient la convivialité de milliers d’autres .Une équation que nous nous refusons de résoudre avec parcimonie ?

Igor Deperraz

Les bans pudiques

 

La décision d’une mairie de grillager les bancs publics du centre ville aurait de quoi nous indigner sur la place que l’on entend partager aux sans domiciles. Peut-on refuser aux gens de la rue d’utiliser l’espace de tous pour se reposer, voir renouer avec le lien social qui leur est trop souvent refusé ?

Cette question est au cœur de la démocratie. Les barrières ont été posées à travers les différents arrêts des cours de justice. Droit de l’homme, égalité, voir compassion devraient nous inciter à accepter que des hommes et des femmes mis au ban de la société puissent utiliser les bancs publiques sans obstacles ni entraves. Le banc n’est-il pas depuis toujours le domicile fixe du sans abri ? Pour les migrants de Calais, les forêts, les champs aux alentours ne sont- ils pas des lieux pour tous. Ne se promène-t- on pas en forêt ou ne ramasse-t-on pas des champignons dans des espaces que nous prenons souvent à tort pour des lieux publics ?

Hier, les gens du voyage réclamaient le droit de s’installer sur des terrains de football ou les champs d’agriculteurs parce que l’on ne réservait pas une aire de voyage comme le veut la loi ?

Cette notion d’espace publique ne prend pas en compte l’espace pudique auquel chacun devrait pouvoir profiter ? Au-delà de la compassion et de la souffrance de ces invisibles, il est une notion de liberté partagée que l’on peut néanmoins soulever. Dix canettes de bières, des hommes ou des femmes vautrés dans le vomi pratiquant quelquefois une manche agressive s’approprient- ils parfois l’espace public pour en dévier l’usage commun ?

Les enfants ou les personnes âgées qui s’asseyaient sur les bancs de la ville ou les parents qui promenaient leurs enfants avant la « jungle » de Calais peuvent ils toujours le faire ? Peut-on continuer à accepter que l’effort de tous pour faire de l’agora un lieu d’échange social soit souillé par l’inconduite de quelques uns.

La décision de grillager est ubuesque, d’autres mairies auraient tout simplement enlevé ces bancs mais elle révèle notre état d’esprit. Nous voulons continuer à nous voiler la face sur la détresse de milliers d’exclus sans pour autant bafouer nos idéaux. Pourquoi une centaine de personnes en détresse gâcheraient la convivialité de milliers d’autres .Une équation que nous nous refusons de résoudre avec parcimonie ?

Igor Deperraz

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

igor deperraz

Chronique de l'actualité politique et sociétale.Publication dans la presse nationale française ,suisse etc.....
Voir le profil de igor deperraz sur le portail Overblog

Commenter cet article