Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Les bronzés font du journalisme !

Nous assistons incrédule à l’effondrement des ventes de la presse papier, à la mise sur orbite de journalistes de talents , à l’arrivée outrancière dans les premières pages du Monde de publicités géantes sur les célèbres montres suisses et plus incroyables à la mise en pleine page d’une publicité pour la fondation Brigitte Bardot dont les affinités de sa porte-parole avec le front national sont de notoriété publique .

Le journal « Le Monde » n’existe plus. Le nouvel observateur de Claude Perdriel vient de perdre son mentor. Libération continue sa descente aux enfers …le lecteur qui se pensait de gauche à tort ou à raison n’a qu’à bien se tenir, il lui faudra s’abonner au journal les échos. La ligne éditoriale y est claire et sans ambiguïté. En quelques mois, tout s’est accéléré, on ne jure plus que par internet. Mediapart a trouvé ses lecteurs, mais n’a certainement pas retrouvé les sentiers populaires de lecture des bibliothèques et des cafés. L’offre gratuite est telle sur le net que le lecteur finira par ne plus lire de nouvelles, se contentant du flash info à la télévision et à la radio.

Lasse de lire des critiques fumeuses sur des films qui n’intéressent que les naufragés de la rue d’Ulm, consterné de subir le parisianisme des petites nanas qui écrivent leur papier avec une cuillère dans la bouche , outrer de lire des critiques de cireurs de pompe, le lecteur ne s’y retrouve plus ! École de « journaliste », consanguinité, la presse entretient un rapport de plus en plus trouble avec le vulgaire. Les journalistes scient l’arbre sur lequel ils sont assis par un abus de narcissisme. Comment continuer à donner de bonnes adresses à ses lecteurs en écrivant que l’on pourra déguster pour 25 euros sans le vin un petit cassoulet ! Où est passé Cahuzac ?

On attendait de ce troisième pouvoir qu’il tienne la dragée haute à la haute administration incapable de désendetter la France. Où est passé le ton frondeur de la gauche d’idée ? La presse écrite n’est pas victime comme la sidérurgie de la délocalisation de son activité, elle est victime de l’abandon de sa diversité. Jean Jaurès ne sortait pas d’une école de journaliste comme Plantu n’a pas passé un concours pour entrer au journal de la rue des Italiens. Pour retrouver le chemin de ses lecteurs, il faut bien entendu s’adapter aux nouveaux médias, mais plus certainement, il est urgent de redonner du sens au mot journaliste. La presse ne perd pas des lecteurs, elle s’est coupée de son public. C’est en grande partie en renouvelant son offre écrite qu’elle retrouvera une partie de ses brebis égarées.

Igor Deperraz

les bronzés  font du journalisme
les bronzés  font du journalisme

Commenter cet article