Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par igor deperraz

Baisse d’impôt avec deux s

C’est peut-être la mesure la plus démagogique de ces dernières années. Faire baisser les impôts des ménages modestes. 1 8 millions de français devraient sortir de l’impôt sur le revenu pour une économie de 300 euros par foyer soit moins de 30 euros par mois. 30 euros, ce n’est pas rien, c’est un abonnement pour internet ou un téléphone portable, trois paquets de cigarettes ou plusieurs tickets de loto

.Critiquer cette mesure, c’est entendre par avance la réponse …Prendre l’argent dans la poche de ceux qui en ont …L’universalité de l’impôt sur le revenu n’est pas qu’une mesure de coercition ou de punition pécuniaire, c’est avant tout un geste citoyen et responsable. Pourquoi les plus modestes ne contribueraient plus à la construction des écoles, des hôpitaux ?

Même en versant 12 euros par an, l’effort demandé aurait un sens moral. Manuel Valls va alléger de un euro par jour les impôts, la mesure à de quoi surprendre. Cette baisse d’un milliard devra être compensée quelque part ou plus certainement sera financée par une baisse des services publics.

On assiste en ce moment à la disparition des cabines téléphoniques, obligeant chaque citoyen à se procurer un abonnement téléphonique d’au moins deux euros par mois, soit le double de la réduction d’impôt.

Il serait aussi mesquin de penser que cet euro économisé se retrouve dans les caisses de l’État par l’intermédiaire de la Française des jeux …Pourquoi faire croire qu’un euro de plus dans la poche des ménages les plus modestes va faire repartir l’économie. Cette démagogie est d’autant plus regrettable qu’elle cache aussi une autre approche économique du problème.

Le gouvernement espère profiter de cet allègement pour diminuer les fonctionnaires chargés du recouvrement. Collecter trois cents euros peut être déficitaire pour l’État si l’on inclut la gestion et la mise en recouvrement des sommes en jeux. En retirant du marché de l’impôt 1,8 million de Français, on prend le risque de les stigmatiser ou de les déresponsabiliser. Chacun devrait contribuer au bien commun, quels que soient ses revenus.

Igor Deperraz

Commenter cet article