Liberté,harmonie,bonté

par igor deperraz  -  23 Avril 2014, 16:06

~~Liberté harmonie Bonté L’Ukraine est indépendante de l’URSS depuis le 24 août 1991. Cet état slave fondé par les Scandinaves est ainsi le berceau des célèbres cosaques. Son peuple a subi sous Staline l’extermination par la faim de 5 millions de personnes. Un chiffre oublié assez proche de l’extermination des Juifs par l’Allemagne nazie … Le parlement européen a reconnu en 2oo8 l’ holodomor comme crime effroyable perpétré contre le peuple Ukrainien et contre l’humanité. Un massacre passé largement sous silence ces derniers temps et qui explique en partie sans l’excuser l’attitude bienveillante des Ukrainiens à l’arrivée de l’armée allemande et la division SS Galice enrôlant 222000 membres…On peut deviner la difficulté actuelle de dégager un allié fiable ; entre la mère Russie et l’Europe. Kroutchev avait transféré la Crimée à la République soviétique. Quelques années auparavant la fin de l’empire russe donnait naissance le 22 janvier 1918 à la République populaire D’Ukraine. L’Ukraine est un pays complexe avec une langue particulière et c’est le deuxième plus grand pays d’Europe par la superficie. Ce fut le grenier à blé de l’URSS. La question que l’on doit se poser aujourd’hui est de savoir qui de l’ex-URSS ou de l’Union européenne héritera de ce vaste territoire. Pour la Crimée, l’appartenance Russe ne fait pas débat, mais pour le reste …L’Europe ne veut pas l’intégrer et la Russie hésite à s’encombrer de sa partie pro- occidentale L’histoire donne raison à la Russie…Mais la Raison voudrait que ce pays épris d’Europe comme la Turquie en son temps soit accueilli à bras ouverts, mais là est le problème… On n’en veut pas ! L’Europe économique a choisi son camp ! Elle pense que la Russie prendra ce fardeau à sa charge …Un rejet qui montre notre fragilité à construire une grande Europe démocratique. Il s’en est déjà fallu de peu que l’on renvoie la Grèce aux fantômes des Colonels…aujourd’hui le risque est grand de voir, faute d’ambition européenne un Sarajevo bis… Igor Deperraz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :